hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            8.11.2009 - The Canadians cowboys

8.11.2009 - The canadians cowboys

Un élément de plus vient confirmer le caractère distinct du Québec.  L’Assemblée nationale du Québec par un vote unanime demande le maintien du registre des armes à feu.   Mais nos cowboys “canadians“ n’en font qu’à leur tête; les Harper, Van Loan, Blaney, Paradis, Hoeppner et compagnie, ces dignes représentants de la droite réformiste, par le biais d’un projet de loi privé, ne vise rien de moins que l’abolition du registre des armes à feu.

À quelques jours du vingtième anniversaire de la tuerie de l’École polytechnique de Montréal, cette initiative bassement électoraliste, visant à plaire  aux grands “n’enfants amateurs de la gachette“, heurte de plein front un solide consensus québécois. 

Par l’entremise de madame Candice Hoeppner, obscure députée du Manitoba, nos cowboys pourront jouer au Roy Rogers des temps moderne et se trimabler avec leurs fusils de chasse et leurs armes de poing comme nous le faisions dans notre jeunesse avec nos fusils à l’eau : c’est la mode Far-West, chère à notre premier ministre “canadian“.

Et ce projet de loi qui a été adopté en deuxième lecture continue son petit bonhomme de chemin parce que messieurs Layton et Ignatieff non pas eu le courage politique d’exiger de leurs députés un vote unanime contre ce projet de loi rétrograde, c’est ce que nous appelons parler des deux côtés de la bouche. Seul le Bloc québécois a bien représenté les intérêts du Québec.

Ajoutez au protocole de Kyoto, au développement anarchique des sables bitumineux, à une récession non prévue, aux déficits colossaux, aux dérapages de la crise des isotopes, aux cafouillages face à crise de la grippe A (H1N1), aux magouillages des chèques avec le logo du Parti conservateur,  aux conflits d’intérêts de membres du Parti conservateur, à ses nominations hautement partisanes, monsieur Harper, depuis janvier 2006 va d’une entourloupette  à l’autre.  Il a fait perdre toute crédibilité au Canada sur la scène internationale, entre autres,  il a renié des signatures  déjà apposées, il refuse de signer des protocoles que tous ses prédécesseurs se seraient empressés de signer, il a servi de caniche de service durant quelques années à notre ineffable George W.  En soi, il a détruit en deux temps, trois mouvements ce que les Pearson, Trudeau et Mulroney avaient mis des années à édifier. 

De minoritaire en minoritaire, notre premier ministre “canadian“ ne semble pas saisir qu’une majorité de canadiens et de québécois  ne s’identifie nullement à son idéologie .  Il s’acharne par des moyens  douteux à obtenir en catimini ce qu’il ne peut obtenir ouvertement et la dernière mise en scène sur le registre des armes à feu en est la plus belle démonstration  Durant la crise de la grippe A alors que la panique est installée dans la population à cause de l’inertie de son gouvernement,  la disparition du registre des armes à feu passera inaperçue semble-t-il se dire.  C’est la méthode Harper : la diversion, on détourne l’attention du bon peuple pour lui passer un “sapin“.  Et à l’approche du temps des Fêtes, c’est tout à fait de circonstance. 

Monsieur Harper, dans l’histoire canadienne est le 22e premier ministre,  force est de constater que s’il fallait faire un sondage sur sa performance, il se situerait possiblement en queue de peloton des premiers ministres canadiens tout comme son ami George W. se retrouve dans les dernières positions des présidents américains lors de sondages effectués par des médias américains.

Les américains ont eu The Muppet Show, une émission amusante, entre les années 1976-1981;  depuis 1988, les français ont Les guignols de l’information, où la dérision politique est en vedette.  Au Canada, nous avons depuis 2006, une télé-réalité The canadians cowboys dont le dernier épisode a pour thème le registre des armes à feu.  Ce n’est pas une dérision, c’est une triste réalité mise en scène et interprétée  dans le rôle titre par Stephen Harper.

Il nous appartient de changer de scénariste, mais il semble que  le ROC (Rest of Canada)  s’amuse des entourloupettes de notre cowboy en chef.   (B.F. – Le 8 novembre 2009/La Voix de l’Est – Le 14 novembre 2009)

Il faut voir la caricature de Serge Chapleau parue dans le journal La Presse du 6 novembre 2009.  Elle dépeint très bien notre “Canadian Prime Minister“. C’est un régal, la caricature, pas le premier ministre.

http://photos.cyberpresse.ca/caricatures#enVedette/0/recherche/Rechercher%20un%20album/0/onglets/51/0/album/7102/171822/