hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            8.08.2010 - Nous pourrions tout simplement le boycotter ?

8.08.2010 - Nous pourrions tout simplement le boycotter ?

Pour le gouvernement Harper le recensement, surtout la forme détaillée, empiète sur la vie privée des citoyens.  C’est leur dernière trouvaille pour satisfaire quelques “rednecks“ qui sont perdus ailleurs au milieu de nulle part et pour qui l’État est l’ennemi à abattre.

La  très grande majorité des spécialistes, des regroupements de citoyens, des gouvernements provinciaux, des municipalités, des maisons d’enseignement, des citoyens, des chroniqueurs, des éditorialistes et des partis d’opposition désapprouvent cette décision unilatérale des idéologues entourant notre premier ministre “canadian“. 

Aucune démonstration sérieuse et rigoureuse appuie cette nouvelle lubie d’un gouvernement qui s’épivarde  dans les méandres d’une idéologie frisant la démence sénile confusionnelle aigüe. Jamais avons-nous entendu autant d’inepties de la part de ces “dignes“ représentants de la Couronne tentant de vouloir nous convaincre du bien-fondé de leur illumination. Si le ridicule tuait, nous aurions un gouvernement en manque de ministres, de députés et de sénateurs.

Depuis la nuit des temps, un recensement assure une cueillette d’informations permettant une meilleure connaissance du présent  et facilitant une meilleure planification de l’avenir.  C’est une photo qui représente le chemin parcouru, ce que nous sommes aujourd’hui et ce que nous devrions devenir.  Mais à écouter les balivernes répandues par messieurs Harper, Clement, Day, Nicholson, Boisvenu et leurs semblables, ces données ne sont plus essentielles,  et plus souvent qu’autrement, elles ne reflètent pas la réalité qu’ils souhaitent obtenir pour mettre en application leur vision de ce que devrait être une “bonne gouvernance“ de la société canadienne. 

Eux savent ce qui est bon pour nous : ce que nous devons penser, ce que nous devons nous entendre dire, ce que nous pouvons connaître.  Ils pourront nous dire bientôt quoi manger, quoi boire, où aller en vacances, quelles émissions de télévision regarder, quelle musique écouter, quelle auto acheter, etc…  EUX,  veulent notre bien. Ils veulent nous protéger contre nous-même et nous devrions leur en être reconnaissant. 

Depuis le 23 janvier 2006 nous marchons par en arrière. Les gouvernements minoritaires conservateurs successifs de monsieur Harper n’ont de cesse de détruire petit à petit ce qu’était jadis “le plusss meilleur pays du monde“ comme aimait le décrire monsieur Chrétien.  Les exemples de destruction, de reculs, de reniements de signatures ou d’ententes sont multiples, connus et nous laissons faire. 

En amputant le prochain recensement canadien, le gouvernement conservateur de monsieur Harper handicape pour plusieurs années le devenir de trente-quatre millions  de personnes aux profits d’une idéologie rétrograde d’une poignée de “rednecks“ vivant ailleurs au milieu de nulle part. 

Donc, si ce recensement est si peu utile pour monsieur Harper et SA vision du Canada,  pourquoi ne pas le boycotter tout simplement.  Nous le reprendrons plus tard, lorsque nous aurons un gouvernement moins réactionnaire.  D’ici-là, le personnel de Statistique Canada, qui soit dit en passant est reconnu mondialement pour la qualité de ses analyses, pourra se mettre à l’apprentissage du français. C’est Graham Fraser qui va être content.  

Pour combler ce vide, l’Institut de la statistique du Québec pourrait élargir son mandat.  Ça ne sera pas la première fois que le Québec ramassera un pot cassé par le fédéral. (B.F. – Le 8 août 2010/La Voix de l’Est – Le 9 août 2010)