hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            6.12.2012 - Quatre 0.25 cents pour 1$

Quatre 0.25¢ pour 1$

Encore une fois les CHSLD sont montrés du doigt.  Le plaidoyer du Regroupement provincial des comités des usagers (RPCU)  demande que les CHSLD s’assurent que les personnes en perte d’autonomie reçoivent des services de qualité qui répondent à leurs réels besoins et  pour y arriver que le personnel soit suffisamment formé (note 1).  Constatation faite en 2012.

En 1970, la Commission Castonguay-Nepveu écrivait que l’organisation (les CHSLD du temps) “laisse beaucoup à désirer et ce pour une foule de raisons, dont les deux principales sont qu’on ne s’est pas vraiment préoccupé des soins aux vieillards dans la conception et la mise sur pied des services et que l’on a pas le personnel compétent spécialement formé pour prendre soins des vieilles personnes“.

20 ans plus tard, en 1990,  pour la Commission Rochon“la situation n’est pas plus reluisante et les ressources humaines sont mal gérées et démotivées“. 

Et 20 ans plus tard, le RPCU reprend les mêmes conclusions que les deux grandes commissions qui devaient marquer l’amélioration des services aux personnes âgées en perte d’autonomie. 

Toutes les recherches depuis la naissance des asiles au 18e siècle et des hospices au début du 20e siècle, déplorent les mêmes situations décriées régulièrement par les médias, les familles et les personnes âgées, elles-mêmes.  Ces situations ne font que confirmer que “les p’tits vieux, ce n’est pas glamour“ quoi qu’en ont dit les quelques vingt ministres qui ont eu la responsabilité de ce réseau.  L’actuel ministre saura-t-il faire mieux?  N’est-il pas un spécialiste de la gériatrie? Nous verrons à l’usage.

Rappelons que la qualité de vie des personnes âgées hébergées dans un CHSLD et la qualité des personnels travaillant dans ces milieux sont étroitement liées : elles font la paire.  Ça aussi c’est démontré par de nombreuses recherches.

Dans les années 1980-1990, certaines organisations ont investi massivement pour transformer  les CHSLD alors surnommés des mouroirs  en des milieux de vie pour les résidants. Pour ce faire, il n’y a qu’une solution : il faut s’assurer que les personnels puissent répondre adéquatement aux multiples besoins des personnes en perte d’autonomie.  Et pour y arriver, c’est par la formation : une formation de base et une formation CONTINUE.  Un milieu de vie exige que la personne âgée en perte d’autonomie vive en équilibre sur le plan biologique, psychologique et social et que les personnels soient au même diapason.

Tous les ministres se sont amusés à jouer au niveau des structures : un rapprochement administratif à gauche, des fusions à droite en s’imaginant répondre aux réels besoins des personnes âgées.  La dernière en date, celle du bon docteur Couillard, a dénaturé un réseau qui avait plus un besoin d’oxygène que d’une fusion contre-nature.  Comme beaucoup d’autres, il a confondu vieillissement et maladie, c’est normal vous me direz, il est médecin. Il voulait guérir le vieillissement. Mais pour lui et les tenants de cette approche, rappelons que le vieillissement n’est pas une maladie, c’est tout simplement une étape de la vie.  Une étape qui demande que l’on accompagne les personnes à la vivre en équilibre avec leur environnement indépendamment de leur perte d’autonomie.

Nous confions notre animal de compagnie à un vétérinaire, notre auto à un mécanicien certifiée, notre vision défaillante à un optométriste.  Nous exigeons que tout ce beau monde soit qualifié.  Pourquoi alors que nos êtres chers qui vivent leur dernière étape d’une vie n’auraient-ils pas les mêmes attentions?

Claude Castonguay en 1970, Jean Rochon en 1990 et le RPCU en 2012 affichent les mêmes demandes : une démarche d’amélioration CONTINUE dans des milieux de VIE et des personnels mieux formés.  Mais “les p’tits vieux, c’est pas glamour“ et ils ne risquent pas d’afficher des carrés rouges. (B.F. – Le 6 décembre 2012/La Voix de l'Est - Le 13 décembre 2012)

Note 1

http://hda-geronto.com/chsld-plaidoyer-pour-plus-demployes-et-une-meilleure-formation/