hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            5.09.2011 - C'est n'importe quoi pour se faire réélire...

5.09.2011 - C’est n’importe quoi pour se faire réélire…

La France  est le berceau de la Déclaration des droits de l’homme et du  citoyen (note 1). Ce texte fondamental de la Révolution Française, énonce un ensemble de droits naturels individuels et collectifs et les conditions de leur mise en application.  Cette déclaration a été une source inspirante pour plusieurs nations depuis 1789. 

Mais depuis ce temps, et surtout dans les dernières années,  nous devons constater que la gouvernance française tant sur la scène internationale que sur la scène intérieure se caricature.  Nous sommes bien loin de la prestance et de l’influence du Général De Gaulle.  L’actuel président de la République, dans l’action, s’est autoproclamé l’empereur de l’Hexagone, il s’est vu coller à la peau le sobriquet de “Président Bling-Bling“.  Il fait un peu, beaucoup “Mickey Mouse“. Il improvise, il s’agite, il fanfaronne, il décrète, il menace, il déporte, il “nettoie au Karcher“ les banlieues difficiles : il fait joujou avec la politique. Sa crédibilité et sa popularité surfent à la hauteur des pissenlits.  En 2007, n’avait-il pas pris l’engagement de combattre les iniquités sociales et de défendre les travailleurs ? À peine élu, en mai 2007, il est devenu le président des riches et tout le volet social s’est évanoui dans la nature.  Faut-il se dire que nous connaissons la chanson au Canada ?  Nous avons un premier ministre qui ne détesterait pas s’autoproclamer empereur d’une quelconque  république royale ???

En 2007, notre “snoro“ de Nicolas avait promis de remplir“les poches et le frigo de tous les français“ en travaillant plus pour gagner plus : il appelait ça la “Droite sociale“.  Ce court et frappant slogan inspiré du marketing électoral s’est avéré un flop monumental : les pauvres paient plus et les riches paient moins.  “Monsieur et Madame tout l’monde“ travaillent plus et gagnent moins.  Vive “La Droite sociale“ en Sarkosie.

À la veille d’une nouvelle campagne présidentielle, en 2012, il invente un nouveau slogan. C’est maintenant  “La Droite juste“ qu’il  promet à son bon peuple.  Nos cousins français vont-ils le croire ?  Pour lui, “les problèmes sociaux doivent être traités avec la même importance que les questions économiques et financières“.  Un de ses conseillers affirmait le plus sérieusement du monde “que le peuple ne croit plus dans un social inégalitaire, il aspire à la justice fiscale, économique, culturelle, et in fine sociale“,  rien de moins.  Si le passé est garant de l’avenir, nos cousins français ne sont pas sortis de l’auberge : ils auront à subir, encore une fois, la grandiloquence présidentielle.  Il est de la race de politiciens pouvant dire la vérité et son contraire en même temps. 

Connaissant les accointances entre Stephen Harper et Nicolas Sarkozy, la prolifération de cette race politique laisse planer un réel danger sur une désillusion  encore plus grande et un désenchantement irréversible de la population envers ceux et celles qui sont mandatés  pour nous représenter.

À travers l’Histoire, nous avons connu le Roi Soleil, le Négus, le Grand Timonier,  le Leader Maximo, et divers ayatollahs qui nous avaient tous promis des lendemains enchantés.  Nous en sommes arrivés à mettre notre destiné entre les mains d’apprentis sorciers transformant nos pays bien réels en des pays qui deviennent des caricatures d'eux-mêmes.    La Bordurie, la Syldavie et la Molvanie ne seront plus  les seuls pays de bandes dessinées.  Il faudra penser à y ajouter la Sarkosie, l’Harperland.  (B.F. – Le 5 septembre 2011)

Note 1 : http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/dudh/1789.asp