hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            5.01.2011 - Faites vous-même le calcul !

5.01.2011 - Faites vous-même le calcul ! 

Nous sommes témoins de lock-out ou de grèves patronales qui s’éternisent.  Nous sommes témoins de grèves qui perdurent.  Et régulièrement nous entendons ou nous lisons les apôtres de la droite bien pensante qui accusent à qui mieux-mieux les méchants syndicats, les syndiqués de nous mener directement à la catastrophe. Il faut des responsables et les torts se retrouvent toujours sur le côté des travailleurs.  Rarement, sinon jamais, vous lirez ou entendrez ces mêmes apôtres blâmer le “grand boss“ des moyens de production. C’est comme la tour de Pise, elle penche toujours sur le même bord. C’est dans la nature des choses de notre système économique capitaliste.  Et nous pouvons prédire que ce n’est pas en 2011 que les choses vont changer.  Nous n’avons pas les gouvernements pour redresser la situation.  Ils n’ont aucune volonté politique pour établir une plus grande équité sociale.

Dernièrement une recherche effectuée en France démontrait que le salaire MOYEN des grands patrons français, en 2009, était 211 fois supérieur au salaire minimum français. 

Le Centre canadien de politiques alternatives vient de déposer son dernier rapport.  Même si la crise financière a frappé fort le canadien moyen, les grands patrons ont réussi à s’en tirer très bien.  Ce n’est pas demain que vous les rencontrerez à Moisson Montréal.  En 2009, les grands patrons “du jadis plusss meilleur pays au monde“, ont encaissé 6,6 millions de $.  Le travailleur canadien a gagné 42,988$, en moyenne.  Le salaire minimum rapportait l’extravagance somme de 19,877$.  Faites le calcul vous-même pour connaître les écarts.  Les patrons canadiens n’ont rien à envier à leurs collègues français.

Selon le Centre canadien de politiques alternatives, au cours des dix dernières années, le salaire moyen des patrons a dépassé le rythme de l’inflation de 53% et celui du travailleur moyen a grimpé de 4% au-dessus de l’inflation.

Pour nos apôtres de tantôt, tout ça, c’est la faute des méchants syndicats et des syndiqués qui demandent la lune.  Pour les Harper, Charest, Flaherty et Bachand de ce monde, c’est le travailleur moyen qui va payer les dérapages de la présente crise financière provoquée par la course démentielle aux profits, par les exigences des actionnaires et par les spéculations boursières effrénées.    Les derniers budgets de nos ministres des finances ne nous permettent pas d’espérer un après-demain plus glorieux.  Hausse de la taxe de vente, hausse de divers tarifs, taxe santé, entre autres : le fardeau fiscal pour le citoyen moyen augmente. Rappelons-nous qu’en 2008, monsieur Charest se faisait élire en proclamant haut et fort qu’il n’y aurait pas de déficit, pas de hausses de taxes, pas de hausses de tarif.  Que la mémoire peut être défaillante en vieillissant.

Et  pour éviter une crise d’apoplexie à mes apôtres de tantôt, la solution ne réside pas dans un système pseudo-ÉGALITAIRE à la soviétique, mais plutôt dans l’application d’un système ÉQUITABLE qui verrait au juste partage et qui corrigerait les très grandes inégalités que le système capitaliste provoque depuis des siècles et des siècles. AMEN

Toujours selon le Centre canadien de politiques alternatives, une solution réside dans un système fiscal d’imposition graduelle qui empêche l’explosion des salaires. Mais la juste mesure, l’équilibre, l’acceptabilité sont des notions absentes des présents gouvernements que nous avons élu et qui appliquent allègrement l’expression “au plus fort la poche“. (B.F. – Le 5 janvier 2011/La Voix de l’Est – Le  6 janvier 2011)