hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            4.03.2012 - Indifférence totale et routine

Indifférence totale et routine

Pour une “Xième fois“ ils font les gros titres de La Presse, de La Voix de l’Est, de Radio-Canada, etc… : les CHSLD et les “p’tits vieux“ qui y vivent font les manchettes. Comme à toutes les années et plusieurs fois par année, depuis près de 50 ans, nous déplorons, nous dénonçons, nous décrions les services destinés aux aînés : rien de nouveau sous le soleil.

Le Commission Boucher en 1963; René Lévesque en 1964, alors ministre de la Famille et du Bien-Être social; la Commission Castonguay dans les années 1970; la Commission Rochon dans les années 1980-1990; la Commission Clair au tournant de l’An 2000 et plusieurs autres avant ou après eux ont déploré le peu d’attention portée par la POPULATION et par TOUS les gouvernements qui se sont succédé pour les services médiocres destinés aux personnes âgées hébergées dans le réseau des CHSLD. 

Que l’on relève encore aujourd’hui des situations anormales et déplorables dans ce réseau  n’a rien de bien sensationnel; c’est la routine.

Tous les ministres qui devaient répondre aux besoins des personnes vieillissantes, plus ou moins 20 ministres depuis 50 ans, je ne les compte plus, se sont mis les pieds dans la bouche et aucun n’a réussi à proposer des services adéquats à cette clientèle démunie et plus souvent qu’autrement abandonnée.  Mais ils ont tous consacré un temps fou à revoir, à planifier et à imposer des structures administratives quelconque qui devaient améliorer les services.  En plus des pieds dans la bouche, ils se sont tous  mis le doigt dans l’oeil.  Quoiqu’en disent certains de mes amis oeuvrant encore dans ce réseau, les “p’tits vieux“ ne sont pas leur priorité “prioritaire“.  Ce n’était pas important en 1960, en 1970, en 1980, en1990, en 2000, ce ne l’est pas plus en 2012.  Pourquoi cela le deviendrait-il ?  Ils ne votent plus.  Tout au plus, TOUS les gouvernements ont créé des “parkings“, promesses électorales obligent et encore; sans omettre les clowns pour leur faire oublier la piètre qualité des services. 

Le réseau des CHSLD a  été oublié par tous les gouvernements depuis toujours : ce n’est pas tout à fait vrai, dois-je le reconnaître.    Il n’est pas oublié lorsque vient le temps des compressions budgétaires à effectuer.  Ce réseau a toujours été le dernier à ramasser les miettes des autres, mais le premier à payer à travers les compressions à répétition.  Alors s'indigner de la détérioration des services c’est faire montre d'une  mémoire sélective : ce que peut faire la mémoire.

Par contre, le réseau des CHSLD a vécu de nombreuses transformations au niveau des structures organisationnelles : fusion, regroupement, rapprochement, maillage, partage de services et combien d'autres formules.  Beaucoup trop de temps, d'énergie, d'argent et d'imagination à restructurer pour pouvoir répondre au credo d’une pseudo-performance ou aux lubies d’un quelconque ministre.  S'imaginer qu'une fusion ou qu'un regroupement d'établissements tout azimut permettra d'offrir des services mieux coordonnés et de meilleure qualité est s'illusionner dangereusement et c’est mentir à une population crédule.  Mais ça donne l'impression que l’on se préoccupe du sort des personnes âgées vivant dans les CHSLD.  Le paraître est important en politique.

Nous reviendrons sur le sujet à la prochaine crise, probablement à l’automne.  D'ici-là, cette réalité retournera dans l'oubli ou pire encore, comme le soulignait Claude Castonguay en 1971, "dans l'indifférence".  Les personnes âgées vivant dans les CHSLD ne sont pas une priorité pour la société québécoise et les gouvernements.  Alors dormons en paix.  (B.F. – Le 4 mars 2012/La Voix de l'Est - Le 9 mars 2012)