hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            30.12.2009 - Les Prix 2009

30.12.2009 - Les Prix 2009

Il y a une tradition qui existe depuis plusieurs décennies : les grands médias, quotidiens et hebdomadaires, décernent à la fin de chaque année  le titre de personnalité de l’année à une quelconque personne.  Cette nomination peut avoir une connotation positive ou négative.  HDA-info, bien humblement, veut aussi  contribuer au maintien de cette tradition et se permet de décerner certains honneurs ou déshonneurs.  Voici donc nos choix pour l’année 2009.

Les Prix “Potiche“ 2009

Une potiche est un grand vase, habituellement vide, que l’on dépose sur une tablette pour décorer une pièce ou bien que l’on place sur un plancher pour maintenir une porte ouverte. 

Ça peut être aussi une personne ayant un rôle de représentation aussi décoratif et tout autant inutile que dans la définition précédente.

La plupart du temps pour le grand vase nous trouvons toujours l’occasion de le faire disparaître : nous le cachons dans une remise, nous le donnons en cadeau lors d’un tirage pour une quelconque activité de charité ou nous réussissons à le vendre à bas prix lors d’une vente garage ou d’un vide grenier..

Par contre, pour la personne jouant le rôle de potiche c’est plus complexe.  Notre pouvoir est plus limité, en démocratie le moment privilégié pour s’en débarasser, est le jour des élections et là encore, ce n’est pas toujours évident.  Car voyez-vous, il arrive souvent que plusieurs personnes aiment les potiches.  C’est le cas du grand pays qu’est le Canada.  Il y a des régions qui aiment et des régions qui n’aiment pas.

Dans ce sens, au niveau national, pour jadis “le plusss grand pays du monde“ il ne fait aucun doute dans notre esprit que monsieur Stephen Harper mérite d’emblée ce Prix pour l’ensemble de son œuvre.  Et ce qui est le plus déprimant pour beaucoup de personnes, c’est que notre récipiendaire 2009 aurait déjà une longueur d’avance pour 2010.

Au niveau international, nous pourrions décerner ce Prix à l’empereur auto proclamé des français, monsieur Nicolas Sarkozy.  Après bientôt trois ans de présidence, sait-on vraiment où veut-il aller ?  Beaucoup de mouvements, peu de résultats.   

Silvio Berlusconi, premier ministre italien, aurait pu mériter un tel Prix,  mais nous n’avons pas une catégorie burlesque.  Il faut tout de même avoir un certain contenu pour être en nomination et dans son cas, c’est le vide absolu.

Les Prix “Arc-en-ciel“ 2009

L’arc-en-ciel est un spectre continu de la lumière du ciel quand le soleil brille pendant la pluie. Ou encore, selon le livre des songes, c’est un excellent présage. S'il paraît à l'orient: il concerne les songeurs qui ont des ennuis et signifie la fin de ces ennuis. S'il paraît à l'occident, il concerne les gens heureux et indique que leur bonheur va continuer. 

En soi, l’arc-en-ciel, signifie des bonnes nouvelles.  Les bonnes nouvelles en 2009 ont plutôt été rares.  Au milieu des guerres, des crises financières, du réchauffement climatique, des génocides et des cataclysmes naturels, une lumière est apparue.  Nous disons bien UNE lumière et non un faisceau lumineux, mais à tout le moins ça nous permet d’espérer.

Au niveau international, le Prix “Arc-en-ciel“  pour l’année qui se termine est décerné à monsieur Barack Obama.  Certains diront qu’il n’a pas réalisé beaucoup de choses, mais reconnaissons qu’il a semé l’ESPOIR.  À sa défense, nous pouvons affirmer qu’un seul homme dans une seule année ne peut reconstruire, refaire, remodeler ce que la présidence de notre ineffable George W. a mis huit ans à détruire.

Au niveau national, Canada et Québec réunis, personnes ne se pointent sur les radars, l’année 2009 fut relativement déprimante.  Les occasions de se réjouir sont microscopiques.  Mais une certaine embellie nous parvient de la ville de Québec.  Dans ce sens, monsieur Régis Labaume, maire de Québec mérite notre Prix “Arc-en-ciel“ pour l’année 2009. Puisse-t-il faire des petits dans la prochaine année ?

D’une façon générale, un certain dicton affirme que la nature a horreur du vide.  Espérons que l’année 2010 verra poindre à l’horizon, pour l’humanité, des lendemains qui chantent.  Nous pouvons rêver.  (B.F. – Le 30 décembre 2009)