hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            30.10.2013 - Du Watergate au Senatgate

Du Watergate au Senatgate

Richard Nixon, le 37e Président des États-Unis,  fut forcé de démissionner à cause du scandale du Watergate.  Les révélations sur le rôle que son entourage aurait joué, l’obligea à quitter son poste.  Il devint alors le premier président américain à se voir indiquer la porte.

Se pourrait-il que le 22e Premier ministre du Canada, Stephen Harper, vive la même humiliation et se voit indiquer la sortie.  Les magouilles et les grenouillages,  que lui ou son entourage, auraient cautionnés dans les actuelles intrigues émanant du Sénat canadien finiront-ils par l’emporter.  Notre canadian Prime minister serait-il  tout simplement en sursis ?  Où, quand, comment se verra-t-il indiquer la sortie ?  “That is the question“ disait Shakespeare.

Il ne se passe pas une journée sans qu’une nouvelle révélation le rapproche lui et son bureau de cette magouille.  Trois sénateurs conservateurs, nommés par lui, sont au centre du scandale.  Les Duffy, Brazeau et Wallin ne veulent pas être les dindons de la farce et semblent vouloir amener le 22e Premier ministre du Canada dans leur chute.

Les faits sont troublants et les partis de l’Opposition à la Chambre des communes s’en donnent à cœur joie.  Qui dit la vérité ?

Comme le souligne Josée Legault dans sa chronique du 29 octobre 2013 (note 1): “une seule chose et une seule chose seulement est plus dommageable pour un gouvernement qu’un premier ministre qui ment à sa population – c’est un premier ministre qui se fait prendre à le faire…“

Il faut se souvenir de la période où le candidat Harper, alors en campagne électorale, promettait rigueur, transparence et équité à la population canadienne.  On ne le prendrait pas LUI et SON gouvernement conservateur dans les turpitudes des prédécents gouvernements du Parti Libéral, nous disait-il. C’était jadis… avant son règne. 

Ces magouilles des sénateurs conservateurs ne font que s’ajouter à la longue liste des dérapages provenant de notre merveilleux monde de la politique : ce n’est qu’un chapitre additionnel.

À Montréal, deux maires se sont fait montrer la sortie.  Les citoyens de la ville de Laval en sont à leur troisième maire en quelques mois ; les deux premiers ont aussi quittés dans le déshonneur.  Passons sous silence, de plus petites municipalités qui sont atteintes du même fléau qu’est le magouillage ou la corruption.  Mascouche, Saint-Rémi sont aussi à se chercher un maire.  La métropole canadienne, Toronto, est aux prises avec un maire qui fait les manchettes régulièrement pour une foule de mauvaises raisons.  À cela, il faut ajouter toutes les déclarations faites à la Commission Charbonneau (note 2) qui enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction.  Cette Commission doit “alimenter la preuve et faire connaître les stratagèmes de corruption et de collusion“ qui règnent entre entrepreneurs, politiciens, syndicats et on ne sait trop qui ou quoi, mais il y a des squelettes dans les placards de notre merveilleux monde politique. 

En regard de ce triste tableau, la nouvelle devise du “jadisss plussss meilleur pays au monde“ est maintenant : Mari usque ad mare unum, et corruptio reginae praevaricatione (note 3).

Ce qui est le plus effarant dans toutes ces malversations ; c’est toujours le simple citoyen qui paie pour se faire escroquer, et suite aux recommandations de la Commission d’enquête et des diverses enquêtes policières, ces magouilles et ces corruptions réapparaîtront dans quelques années sous une autre forme avec d’autres acteurs.

Les citoyens de certaines villes et villages du Québec vivront des élections le 3 novembre prochain, les Canadiens iront aux urnes en octobre 2015 et les Québécois feront de même, un jour ou l’autre.  Mais nous pouvons présumer que la devise du Québec Je me souviens n’influencera en rien les choix qu’ils devraient faire. “La mémoire est l’une des facultés les plus bizarre de notre intelligence.  O ne peut vraiment pas s’y fier“ disait Andrée Maillet (note 4).

Dans le même sens La Rochefoucault (note 5) a déjà dit :“Tout le monde se plaint de sa mémoire, et personne ne se plaint de son jugement“,

Alors, endurons notre mal avec patience. (B.F.- Le 30 octobre 2013/La Voix de l'Est - Le 2 novembre 2013)

Note 1 : http://blogues.journaldemontreal.com/joseelegault/politique-quebecoise/un-premier-ministre-en-sursis/

Note 2 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_d'enquête_sur_l'octroi_et_la_gestion_des_contrats_publics_dans_l'industrie_de_la_construction

Note 3 : D'une mer à l'autre, la collusion et la corruption sont reines

Note 4 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Andrée_Maillet

Note 5 : http://fr.wikipedia.org/wiki/François_de_La_Rochefoucauld

 

Des informations supplémentaires

http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/10/29/scandale-senat-10-questions-stephen-harper_n_4174017.html