hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            3.09.2008 - Nouvelle intoxication

3.09.2008 - Nouvelle intoxication

Après nous avoir intoxiqué avec les accommodements  raisonnables, l'abolition des commissions scolaires, Mario Dumont, le pape de l'ADQ, nous annonce sa nouvelle illumination : l'émeute de Montréal-Nord a son origine dans l'échec du système scolaire québécois.  

Notre anthropologue amateur  se lance dans une autre analyse simpliste en mélangeant décrochage scolaire, activités parascolaires, discipline, club sportif, "high school" américain, sentiment d'appartenance, le tout assaisonné d'une pincée des bienfaits de l'école privée.   Ce nouveau prêchi-prêcha adéquiste s'inscrit dans leur credo moralisateur édifié en programme politique s'inspirant du modèle américain.    

Il suffit tout simplement d'engager plus de policiers, plus de professeurs, d'imposer le port de l'uniforme, d'acheter quelques ballons et par une opération divine, une nouvelle fierté éliminerait le chaos.   Il est surprenant qu'il n'ait pas attaché le grelot des accommodements raisonnables à l'émeute de Montréal-Nord.  Se réserve-t-il ce rapprochement pour un prochain "clip" ?

En jumelant l'émeute de Montréal-Nord et décrochage scolaire monsieur Dumont ne fait qu'étaler son ignorance et son manque d'analyse de la réalité sociale du Québec.  Il joue à l'apprenti sorcier et ce n'est pas la première fois qu'il nous fait le coup : entre autres, bons d'études, commissions scolaires, accommodements raisonnables, crise du budget, allocation de garde à 100$ semaine,  système de santé mixte, réingénérie de l'État.  Il décrie, il dénonce, il s'insurge, il claironne, mais par la suite, n'attendez pas une solution valable; il se cantonne dans son rôle de chef de l'Opposition, il s'oppose.  Il a fait un "tabac" avec les accommodements raisonnables, mais il a été invisible à la Commission Bouchard-Taylor; il a décrié un budget du gouvernement, mais absence totale dans les pourparlers pour résoudre la crise.  Il reprend un même scénario avec l'émeute de Montréal-Nord.

Monsieur Dumont confond instruction et éducation.  De tout temps l'école voit à l'instruction des enfants, des adolescents et des adultes.  Et le système québécois tant décrié par les adéquistes, tout compte fait, se situe dans le peloton de tête.  Les enquêtes le démontrent régulièrement : les jeunes québécois performent dans les bonnes moyennes mondiales.  Il y aura toujours place pour des améliorations, c'est le lot de tous les systèmes, de toutes les organisations.  Le service de recherche du chef de l'Opposition pourrait sûrement trouver l'ensemble des rapports évaluant les systèmes scolaires, cela éviterait peut-être à leur chef de colporter des faussetés.

Une fois que l'école a rempli son mandat d'instruction, il reste aux parents et à la famille à voir à l'éducation et là monsieur Dumont fait la taupe.  Il n'oserait pas aller jouer dans un champ qui indisposerait une clientèle électorale  acquise ou potentielle.  C'est la langue de bois, il joue sur les sentiments et évite les faits.

L'émeute de Montréal-Nord comme la  majorité des crises sociales reposent, en grande partie, sur l'état de pauvreté  dans lequel nous retrouvons   trop de nos concitoyens.  Pauvreté grandissante qui creuse les écarts, qui soulève l'indignation, qui suscite la colère et en bout de ligne qui provoque des soulèvements.  Ceci est vrai au Québec, en France, aux USA, au Sénégal, en Thaïlande... c'est universel : résultat  d'un système économique dément.

Et là nos politiciens et monsieur Dumont, comme chef de l'Opposition sont muets.  Notre défenseur de la veuve et de l'orphelin valorise un système économique et financier qui ne fait qu'accentuer les écarts donc les crises.  Il aurait avantage à écouter le discours que Barak Obama a prononcé à Denver le 28 août dernier, où ce dernier remet en question le système de redistribution des richesses.  Monsieur Dumont ayant un faible pour ce qui se passe chez nos voisins, inscrire la théorie Obama dans son discours améliorerait (peut-être ?) sa crédibilité.  Mais s'inscrirait-il plus dans la doctrine McCain que nous n'en serions guère surpris.

Comme l'écrit Michel David dans Le Devoir du 28 août "M. Dumont a fait preuve de son simplisme et de sa démagogie habituels en la pointant [l'école]comme la grande responsable des événements de Montréal-Nord".  (B.F. – Le 3 septembre 2008/La Voix de l'Est - Le 3 septembre 2008)