hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            29.09.2005 - Des slogans révélateurs

29.09.2005 - Des slogans révélateurs

Comme les couleurs d'automne qui nous reviennent à tous les ans, nous avons droit, à tous les quatre ans, aux couleurs électorales qui envahissent notre décor à l'automne.  En plus de la figure de défenseurs potentiels de la démocratie locale, nous y voyons un slogan qui se veut accrocheur.

Dans l'histoire du Québec, nous avons eu des slogans qui ont marqué l'imaginaire de l'électeur.  Pensons au "Il faut que ça change" en 1960 et au "Maître chez nous" de 1962 ou au "René Lévesque, un vrai chef" de 1976.  Tous ces slogans étaient porteurs d'un renouveau, d'un changement et d'une vision de l'avenir.

Qu'en est-il en 2005, dans l'actuelle campagne électorale à la mairie qui se déroule actuellement à Granby ?

Un des candidats nous assure qu'il est "Une valeur sûre" et qu'il envisage "Une vraie démocratie à Granby". Deux affirmations qui laissent un certain goût lorsque nous arrêtons sur les réalisations passées de ce personnage.  L'accent est, pour moi, de trop dans le mot "sûre".  C'est plutôt "une valeur sure" qui laisse un arrière-goût à saveur d'inertie.  Pour ce qui est de la vraie démocratie à Granby, on peut se questionner sur la démocratie qu'il nous a fait vivre dans les quatre dernières années... une vraie, une fausse, un semblant de démocratie ?  Mais laissons-le à ses illusions, ce monsieur est tout fier de ce qu'il a accompli.  Illusion, c'est bien ce qu'aura été son passage à l'hôtel de ville.

Un autre candidat souhaite "Bâtir avec..."  Affirmons sans se tromper qu'il y a un certain progrès. C'est déjà mieux que ce que nous avons eu à subir dans les dernières années.  Par contre, peut-il et a-t-il  les coudées franches pour freiner le recul pris par la ville de Granby dans les dernières années ?  N'en déplaise à certains adeptes de la bien-pensance granbyennne, le journal de La Voix de l'Est a démontré clairement que Granby traîne de la patte dans plusieurs secteurs d'activités et de développement.  Les héritages ne sont pas toujours rentables à long terme.  Enfin, ce slogan peut laisser sous-entendre que certains pourront être plus près que d'autres pour "Bâtir avec...".

Richard Goulet, lui nous invite "Pour un vrai changement".  Il est évident qu'après les dernières années de noirceur, une invitation au changement est accrocheur. Ce n'est pas une invitation à la révolution mais plutôt un espoir vers une évolution ordonnée, une rénovation de ce qui nous a été légué par de grands maires comme Horace Boivin ou Paul-O. Trépanier.  Il y a un rattrapage à faire, c'est une évidence.  Granby doit redevenir la capitale régionale qu'elle a déjà été: dynamique, prospère et défendant les grandes valeurs actuelles que sont le développement durable, la qualité de l'environnement, la qualité de la vie de sa population et la participation citoyenne aux décisions de son avenir.  Dans ce sens, l'invitation de Richard Goulet "Pour un vrai changement" est rassembleur pour ce que nous désirons vivre après le 6 novembre 2005. (B.F. – Le 29 septembre 2005/La Voix de l'Est - Le 29 septembre 2005)