hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            29.03.2015 - O ne peut donner de leçons

On ne peut  donner de leçons

Lorsque  notre Canadian Prime minister nous impose  son idéologie à droite de la droite et que nous hochons du bonnet, il nous est difficile par la suite de donner des leçons aux autres.  Nous pouvons tout de même constater qu’il n’est pas le seul à se croire et à vouloir se donner une certaine mission. Il se prend pour un J.-C. des temps modernes.

La Grèce, c’est déjà donnée à une gauche plus retentissante que reluisante.  L’Espagne s’y dirige.  La France va bientôt se donner à Marine Le Pen qui deviendra ainsi la PREMIÈRE présidente de l’Hexagone,  à la droite d’une droite déjà radicale et d’une gauche ne sachant pas où elle va ou veut aller.  Nous sommes sur les chemins de la radicalisation.  C’est le “à droite toute“. Nou subissons les radicalistes islamiques, les Québécois ont déjà subi les radicalistes catholiques; ce n’était pas plus brilliant.  Radicaux de tous les pays unissez-vous, en parodiant l’expression de Marx. Mais fichez-nous la paix.   C’est George W. dans le fond de son Texas qui doit rire ou à tout le moins avoir son sourire niais accroché à sa figure.  Il ne peut plus être, mais il a été là assez longtemps pour nous laisser son néfaste héritage. Les Canadiens, les Québécois ont sa copie conforme:  Stephen Harper  est  un admirateur, un disciple, un émule: SON apôtre.  George W. voulait combattre les pays de l’Axe du mal.  Stephen combat le mal sous toutes ses formes.  Il n’est pas loin où le sucre, la bière et la poutine, entre autres,  seront décrétés  des dangers pour la santé de la population.  En plus de surveiller les frontières, il aura nos assiettes à l’oeil.  La devise canadienne “Mare usque ad mare“ sera remplacée par “Mans sana in corpore sano“: “ Un esprit sain dans un  corps sain“.  En latin, ça fait plus sérieux.  Le bon docteur Couillard, Premier ministre du Québec, envisagerait de modifier la devise du Québec pour plaire à son Canadian Prime minister.  Le “Je me souviens“ deviendrait “Recordor“ en latin. La raison de ce changement étant que la langue française a ses racines dans le latin d’antan à moins qu’il simplifie la chose en décrétant tout simplement que la devise du Québec soit: “I remember“.  Alors sur les plaques de nos autos nous retrouverons: “Je me souviens – I remember“. Bilinguisme oblige.

Après SA guerre contre l’État islamique, notre ineffable Stephen prônerait la saine alimentation pour un corps SAINT. Sans oublier que le Premier ministre du Québec et son ministre de la Santé et des Services sociaux sont des médecins.  Nous sommes bénis des dieux.  Que nous sommes chanceux et choyés nous Canadiens et Québécois,  d’avoir des Premiers ministres qui veillent à notre santé.  

L’histoire à tendance à se répèter nous dit un dicton.  L'écrivain anglais Anthony Trollope, de passage au Québec en 1861,  employa l'expression hewers of wood and drawers of water (…. porteurs d’eau) en parlant des Canadiens français (Québécois) auxquels il prédisait un avenir peu reluisant.  150 ans plus tard, les porteurs d’eau québécois sont devenus des porteurs de pétrole.  Mais ces mêmes canadians ne veulent pas que le Québec quitte la Confédération canadienne qui nous fut imposée en 1867.  Ils nous aiment.  Rappelons-nous  le “Love-in“ (notes 1) du 27 octobre 1995.  Que serait le Canada sans le Québec ? Possiblement le 51e état américain, à peine plus populeux que l’État de New-York et moins que la Californie.  Les francophones du Québec, les Acadiens et les francos hors-Québec y rejoindraient les Cajuns de la Louisiane et en avant le folklore.

C’est ainsi que le message subliminal de la droite de la droite  ramènera les Québécois comme porteurs d’eau.  S’imaginer le contraire, c’est croire à la Fée Clochette.

Ceci étant dit, nos cousins français s’apprêtent  à se donner à Marine : c’est leur choix :  n peu plus à droite, rien de bien dramatique, se disent-ils.  Ils ont subi Sarkozy tout comme nous subissons Stephen Harper depuis neuf ans.

Chez nous, selon les sondages, notre ineffable Stephen pourrait être réélu en octobre 2015.  Alors, on ne peut donner de leçons.  Vivement PKP, pour les Québécois,  ça ne pourra être pire.  (B.F. – Le 29 mars 2015)

Notes 1 :

http://www.lapresse.ca/la-voix-de-lest/actualites/201105/15/01-4399697-vous-vous-souvenez-du-27-octobre-1995-.php

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/145376/option-canada-l-argent-du-love-in-reste-un-mystere