hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            29.03.2014 - Eh bien...

Eh bien…

Les caquistes, François Bonnardel en tête, nous promettent que la Coalition Avenir Québec (CAQ) tiendra toutes ses promesses: une de plus.  Évidemment, si ce parti forme le gouvernement.  Mettons que les astres ne sont pas alignés pour une telle éventualité. 

Les candidats de la CAQ,  tout comme ceux de Québec Solidaire peuvent bien nous promettent n’importe quoi.  Au Québec, nous avons une expression pour décrire ce type d’engagement: “ c’est une promesse d’ivrogne“. Ces charmantes personnes savent très bien qu’ils n’auront pas à les tenir; tout simplement parce qu’ils ne formeront pas le prochain gouvernement. Selon mes recherches, il y a une cour des miracles sur la rue du Bac à Paris.  L’Oratoire Saint-Joseph ou la Basilique de Sainte-Anne-de Beaupré ou même le Cap-de-la-Madeleine n’apparaissent pas sur une telle liste.  C’est vous dire.

Le dernier qui a imploré la Bonne Sainte-Anne avec un certain succès a été l’ancien entraîneur du Canadien de Montréal en 1993.  L’équipe de Jacques Demers avait alors gagné la Coupe Stanley. Disons que le miracle se nommait plutôt Patrick Roy. Depuis ce temps-là, c’est silence pour un quelconque miracle.

Les promesses durant une campagne électorale, c’est comme les pissenlits au printemps: ce ne sont pas des fleurs qui agrémentent le parterre, ce sont des mauvais herbes que nous devons enlever pour ne pas qu’ils se répandent.

Le frigo ou le bout de route en asphalte de Maurice Duplessis sont remplacés par l’ouverture des CLSC 24 heures par jour ou par l’abolition de taxes et d’impôts ou par un médecin de famille pour tous: miroir aux alouettes qui réussit à tous les coups.

Les citoyens n’en demandent pas tant.  Franklin Delano Roosevelt qui est considéré comme le plus grand président des États-Unis disait:  "Gouverner, c'est maintenir les balances de la justice égales pour tous".   Un bon gouvernement est celui qui prend en compte en permanence l'intérêt général. Par contre,  le problème c'est que chaque gouvernement a aussi envie de satisfaire des intérêts particuliers :  les `p’tits zamies“. 

Gouverner, c’est prévoir, choisir pour assurer la cohésion sociale et le bien-vivre ensemble.  Faut-il rappeller à nos apprentis politiciens de tous les partis qu’une promesse électorale est une promesse excessive, qui ne sera sans doute pas tenue.  Soyez humble. N’oubliez pas que vous êtes nos représentants.  Ne faites pas de shows de boucane.   Assurez nous tout simplement d’être intègre, transparent et équitable.

L’intégrité est la qualité de quelqu’un, qui est honnête dans son comportement, ça vaut aussi pour les institutions que cette personne représentent.

La transparence est une pratique sociale guidée par la sincérité et une parfaite accessibilité de l’information dans les domaines qui concernent l'opinion publique. C'est le souci de rendre compte d'une activité, de reconnaître ses erreurs. L'objectif premier de la transparence est d'établir une relation de confiance. (note 1)

Équitable vient du mot équité. (note 2)  C’est un sentiment de justice  fondée sur la reconnaissance des droits de chacun.   L'équité est donc un état d'esprit qui veut aller au-delà de ce qui est juste sur le plan légal et peut dont s'opposer à la loi lorsque celle-ci présente des lacunes ou s'avère inadaptée, voire injuste. L'équité est sous-tendue par un principe de justice non-écrit, antérieur aux lois et supérieur à celles-ci. En matière politique ou économique, l'équité est le principe qui conduit à corriger des inégalités que subissent des personnes ou des groupes défavorisés. En matière sociale, l’équité ne correspond pas à l’égalité.  C'est une juste mesure, un équilibre, qui permet de rendre acceptable une forme d'inégalité.

Ce sont trois mots que nos apprentis politiciens ont une certaine difficulté à inclure dans leurs discours et encore plus à appliquer dans leur quotidien.

L'activité favorite de nos apprentis politiciens de tous les partis n’est-elle pas de faire des promesses inconsidérées, travail qui leur est facilité parce que l'électeur est faible et qu'il aime entendre des fausses promesses de bonheur, même s'il sait que leur venue ou réalisation est bien peu probable.  L'avantage pour les apprentis politiciens, ils pratiquent un sport qui ne fatigue que leur langue et pas trop leurs méninges.

Il y a une expression qui dit que nous avons les dirigeants que nous méritons.  Nous verrons le soir du 7 avril prochain ce que les Québécois méritent. (B.F. – Le 29 mars 2014)

Note 1 : http://www.toupie.org/Dictionnaire/Transparence.htm

Note 2 : http://www.toupie.org/Dictionnaire/Equite.htm