hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            28.06.2011 - Appauvrir les pauvres pour enrichir les riches

28.06.2011 - Appauvrir les pauvres pour enrichir les riches

Corollaire du premier verset : “Au plus fort la poche“, de l’évangile selon Stephen, (voir la chronique du 21 juin 2011) le deuxième verset consacre les écarts entre les riches et les pauvres.  Quoique dit notre ineffable premier ministre “canadian“  sur la sauvegarde et le développement de l’économie de son nouvel empire, jamais les écarts entre les riches et les pauvres ne cessent de se creuser, et la classe moyenne est une espèce en voie de disparition.   Il n’est pas intéressé par le sujet.  N’a-t-il pas tabletté un rapport sur le sujet ?  Il ignore les rapports  produits par Statistique Canada sur les inégalités et la redistribution des revenus au Canada.

Le nombre grandissant d’enfants canadiens vivant dans la pauvreté est décrié par les organisations internationales.  Pour se donner bonne conscience, il a fait son cirque à l’ONU en 2010 et il s’est même permis de faire la morale  au Chili lors d’un voyage  en 2007.  Que cela ne tienne, son évangile privilégie  le développement économique aux bénéfices des nantis : des milliards de $ aux entreprises et des sucettes aux simples canadiens. 

Il est aux antipodes de la réalité populaire. Les deux problèmes majeurs, pour les canadiens,  sont la pauvreté et les problèmes environnementaux. Les sondages le démontrent et le confirment. Mais notre ineffable premier ministre “canadian“ marche à côté de ses pompes. Il n’est pas du tout intéressé par ces deux préoccupations de la population.  Résoudre ces problèmes ne fait pas partie de son action politique. 

Donner 6 milliards aux banques et aux entreprises, dépenser près d’un milliard pour amuser ses petits copains en 2010, dépenser 20 ou 30 milliards pour l’achat d’avions, pour ne citer que ces quelques exemples, ça c’est promouvoir l’économie canadienne, se dit-il.

12% des canadiens vivent dans la pauvreté. C’est une peu plus de 4 millions de canadiens et de canadiennes, nous y penserons en 2015, promet-il.  C’est plus ou moins la population de l’agglomération de Toronto vivant dans la pauvreté.  Il ne faut pas penser que tous les autres canadiens vivent dans les vapeurs de la richesse, loin de là. Pour notre ineffable premier ministre “canadian“, l’important  c’est que l’économie de SON Canada roule  pour les mieux nantis.

Il est de notoriété que notre premier ministre ne lit pas, Yann Martel en a fait la démonstration durant quelques années.  À tout le moins, il pourrait lire un document préparé par le Service d’information et de recherche parlementaires de la Bibliothèque du Parlement à Ottawa.  Il y apprendrait que la pauvreté se définit comme une insuffisance de revenus et de ressources qui empêchent  une personne ou une famille de vivre décemment. Il y apprendrait aussi que le système capitaliste, fondement de SON système économique, est la cause première de la pauvreté.  Ça, il aime mieux ou il ne veut pas l’entendre et le savoir.

Il est vrai que l’État doit promouvoir la création de la richesse. Mais la conséquence de cet objectif est de garantir une redistribution équitable.  Sa biographie nous dit qu’il est diplômé en économie, comme économiste nous avons déjà vue des diplômés plus allumés. 

Comme le disait un ancien premier ministre canadien ; “ Que voulez-vous“, il a sûrement fait l’école buissonnière à quelques occasions.  Dans les faits, en plus d’être un adepte du créationnisme, notre ineffable premier ministre “canadian“ est un partisan libertarien qui prône la liberté individuelle, le conservatisme économique et la réduction du rôle de l’État.  C’est ce qu’il nous impose présentement.  Il fait notre rééducation, doit-il se dire.  Nous devrions le remercier ???  (B.F. – Le 28 juin 2011/La Voix de l’Est – Le 21 juillet 2011)