hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            28.01.2014 - Le Québec est unique, ainsi soit-il... so be it... cosi sia...

Le Québec est unique, ainsi soit-il… so be it… cosi sia…

Son histoire, sa culture, sa langue, ses traditions, ses valeurs, ses lois rendent le Québec unique.  Aucun  autre espace sur le globe peut revendiquer les particularités québécoises.  Ainsi le Québec est une société distincte quoiqu’en dise les apôtres d’un universalisme assimilateur. 

Jean Lesage, libéral et fédéraliste d’allégeance, a transformé les canadiens-français en Québécois, il a créé, en partie,  l’État du Québec que souhaitait voir naître Honoré Mercier, lui aussi libéral d’allégeance,  à la fin du 19e siècle.  Mais, il faut reconnaître que le travail n’est pas terminé. 

Les gouvernements du Parti Québécois, entre autres, ont repris le flambeau: pour faire du Québec un pays indépendant et maître de sa destinée.  Jean Lesage ne disait-il pas: “Il faut rendre au peuple du Québec ce qui appartient au peuple du Québec. (…) Et ça presse, demain il sera trop tard. C'est maintenant ou jamais que nous serons maître chez nous“.  C’était en 1960,  et les deux gouvernements de Jean Lesage ont transformé les institutions et les mentalités au Québec, ce qui lui a valu le titre de “père de la Révolution tranquille“. 

René Lévesque et même Robert Bourassa, lui aussi libéral et fédéraliste d’allégeance, ont poursuivi un travail d’affirmation du Québec, mais le travail n’est pas terminé.  Les derniers mètres d’une course sont toujours plus difficiles que les premiers. L’actuel débat sur la laïcité en est la preuve tout comme à l’époque de la Loi 101 avons-nous entendu les plus folles dénonciations sur les prétendues intolérances des Québécois. “Business as usual“ diraient nos cousins Français.

La grande majorité des Québécois sont les enfants de la Révolution tranquille.  Ils ont bénéficié et bénéficient des transformations opérées par les divers gouvernements depuis le 22 juin 1960.

Toujours est-il, le Québec depuis qu’il a été conquis par les armes en 1760 a toujours joué le jeu que lui a imposé le Canada.  Des crises de la Conscription,  au NON qui voulait dire OUI de Pierre Elliot-Trudeau ou au BEAU RISQUE de Brian Mulroney, le Québec a toujours joué le jeu même en se faisant flouer.

Le Québec pourrait prendre à son compte la citation du club de hockey de Montréal : " Nos bras meurtris vous tendent le flambeau, à vous toujours de le  porter bien haut ".  Et de faire ce que nos grands-parents et nos parents n’ont pas osé réaliser : faire du Québec un PAYS.

Vous ne direz que nous perdrons les montagnes Rocheuses, la chute du Niagara, Don Cherry et Stephen Harper.  Certains malins diront que nos “p’tits vieux“ n’auront plus droit à leur chèque de pension de vieillesse du Canada, ça ils nous ont déjà fait le coup en 1980.  Pour ce qui est des Rocheuses et de la chute, nous pourrons toujours y aller en touriste pour pratiquer notre anglais, quoique… et pour ce qui est de Cherry et Harper nous avons assez d’humoristes et quelques grandes gueules au Québec pour les imiter.

Un Québec indépendant, selon les données de janvier 2012 de l’Institut de la statistique du Québec, serait: au 17e rang pour la superficie de son territoire ; au 94e rang au chapitre de la population ; en 49e place pour le produit intérieur brut total; en 27e position pour le produit intérieur brut par habitant; au 44e  rang comme exportateur de biens et services sur les marchés internationaux. 

Alors le Québec deviendrait le 194e pays à avoir un caractère unique, distinct siègeant à l’ONU.  (B.F. – Le 28 janvier 2014/La Voix de l'Est - Le 30 janvier 2014)