hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            26.07.2014 - Les armes à feu avant la pauvreté

Les armes à feu avant la pauvreté

La démonstration nous est faite encore une autre fois.  Le gouvernement TRÈS conservateur de notre Canadian Prime minister fait des armes à feu une  priorité. Après avoir aboli le registre des armes à feu,  il veut simplifier les règles sur les armes.  Il fait ainsi plaisir à ses cowboys de l’Ouest.  Et le Ministre fédéral de la Sécurité publique, Steven Blaney, est tout fier de nous annoncer la dernière trouvaille de son gouvernement (notes 1).  “Il y a des coups de pied au cul qui se perdent“, dit l’expression. 

Il se conte une histoire ce pauvre ministre, tout en se croyant, et rit de nous en affirmant (note 1d), sans rire  devant les caméras, que la population canadienne sera ainsi mieux protégée.  Pourtant, le Festival Juste pour rire de Montréal est passé date.  Il se prépare sans doute pour un prochain Festival  Grand Rire de Québec où il serait la vedette avec son ami Maxime. À la place du Bonhomme Carnaval de Québec, je surveillerais mon poste.  Je ne sais trop quel front d’air souffle dans la région de la Vieille Capitale. Nous apprenions dans les denières heures, qu’un autre énergumène initialement membre de l’ADQ devenue CAQ songerait à rejoindre les rangs de ce parti TRÈS conservateur qui sévit à Ottawa.  C’est la caricature de nos anciens chauffeurs d’autobus qui s’époumonaient à crier: avancez en arrière.

Ça ne fait que confirmer une expression qui date de quelques millénaires: les individus ayant des défauts semblables ont tendance à s’associer.  Après Les Trois Stooges (note 2) qui nous ont fait rire dans les années 1950 et 1960,   nous aurons droit au retour de dinosaures: Steven Blaney, Maxime Bernier et Gérard Deltell.   Nous nous doutions qu’ils n’étaient pas tous disparus.  À moins qu’ils ne deviennent des porte-parole d’un nouveau festival: le Festival de l’humour noir de Saint-Honoré-des- Pompons.  Ce sont les nouveaux Larry, Curly et Moe (note 2).

En même temps que ce gouvernement TRÈS conservateur se fait l’ardent défenseur des armes à feu au Canada, une autre agence relevant de ce gouvernement toujours TRÈS conservateur à signifier à  Oxfam Canada que prévenir la pauvreté  n'était pas un objectif acceptable (note 3).  L'Agence du revenu du Canada (ARC) a dit à Oxfam Canada qu’elle ne pouvait plus tenter de prévenir la pauvreté dans le monde, mais seulement la réduire, parce que le fait de prévenir la pauvreté pourrait profiter à des personnes qui ne sont pas vraiment pauvres.  Cette position s’ajoute à une déclaration de Jason Kenney, ministre de l’emploi de ce gouvernement TRÈS conservateur, qui avait critiqué Oxfam Canada pour son opposition aux colonies juives en Cisjordanie.

En plus, ce gouvernement TRÈS conservateur se plaît à mener des vérifications auprès d’organismes de bienfaisance, dont plusieurs ont déjà critiqué les programmes et les politiques du gouvernement Harper, en particulier dans le domaine de l'environnement.

Une organisation de Toronto qui défend la liberté d'expression, a été ajoutée à la liste des organisations qui font l'objet de vérifications. Ce groupe avait tiré la sonnette d'alarme quant au musellement des scientifiques payés par le gouvernement.

Comme le soulignait une lectrice dans Le Devoir du 25 juillet dernier (note 1c) : il (ce gouvernement TRÈS conservateur) favorise les armes, les tueries et la guerre.  Il affame les pauvres, il s'infiltre partout. Mais il se permet de donner des leçons à de nombreux pays et à faire la  morale à l’ONU.

Pierre Dubuc, journaliste et commentateur politique, a déjà qualifié notre Canadian Prime minister, d’être un homme dangereux (note 4). C’est un homme de droite, il valorise le moins d’État.  Il professe un conservatisme inspiré par le fondamentalisme religieux issu du sud des États-Unis. Il s’inspire de son modèle : Georges W.

Notre Canadian Prime minister a donc proposé ou plutôt décrété aux Canadiens de redéfinir l’identité canadienne autour des pouvoirs spécifiques du gouvernement central, principalement la politique étrangère, la défense,  l’armée, la monarchie. Pour lui, le Canada va réintégrer sa place historique dans la coalition impérialiste anglo-saxonne, à la seule différence qu’il se placera désormais sous les ordres de Washington plutôt que de Londres (note 4). 

Sous son régime, le Canada deviendra Harperland.  Il ne faudrait pas se surprendre qu’il se proclame Stephen 1er. (B.F. – Le 26 juillet 2014)

Notes 1 :

a) http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2014/07/23/002-arme-a-feu-ottawa-loi-bon-sens.shtml

b) http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2014/07/25/002-pq-presse-quebec-reagir-armes-feu-intentions-ottawa.shtml

c) http://www.ledevoir.com/politique/canada/414312/harper-et-les-armes-a-feu-un-de-controle

d) http://www.lapresse.ca/photos/caricatures/201407/21/12-12627-caricatures-du-20-au-26-juillet-2014.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_photos_en_vedette_en-vedette_1418899_section_POS1 - 884305-25-juillet-2014

Note 2: http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Trois_Stooges

Note 3:

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2014/07/25/001-arc-oxfam-dispute-mission.shtml

Note 4:

http://classiques.uqac.ca/contemporains/dubuc_pierre/qui_est_stephen_harper/qui_est_stephen_harper_texte.html