hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            26.03.2011 - Des dinosaures envahissants

26.03.2011 - Des dinosaures envahissants

Le Parc jurassique, réalisé en 1993 par Steven Spielberg, est un film de science-fiction : il raconte l’histoire de dinosaures en cavale dans une île imaginaire où le commun des mortels tente de survivre.  Cela a été un succès au box-office. Il y a eu un deuxième volet : Le Monde perdu en 1997 et même un troisième épisode : Le Parc jurassique III en 2001.  Depuis, les dinosaures semblent être rentrés dans leurs musés.  Les créateurs étant disparus, les producteurs  ont mis fin à la série.

Les dinosaures sont disparus, il y a 65 millions d’années, mais ils suscitent encore un intérêt  auprès d’un certain public.  Le succès des films les mettant en vedette et les découvertes de fossiles suscitent toujours une curiosité de la part de la population : ces animaux préhistoriques fascinent.

Par contre, à regarder et à entendre ce que nous devons maintenant appeler “l’équipe Harper“, c’est à se demander si une nouvelle génération de dinosaures n’a pas envahi le territoire canadien depuis quelques années.  Je n’irai pas encore aussi loin, pas encore, que l’éditorialiste du quotidien de La Voix de l’Est qui affirmait le 31 mai 2010, “Que le gouvernement conservateur de Stephen Harper s’apparente à une dictature“, mais force est de reconnaître, à tout le moins, qu’il est d’une autre époque : l’époque des dinosaures.  Avec son équipe et leurs idées désuètes, ils sont en train de fossiliser le Canada.  Rarement, sinon jamais, avons-nous vu un gouvernement valoriser un intégrisme religieux aussi marqué.

En 2003, dans un discours important devant  un groupe conservateur, celui qui allait devenir notre premier ministre “canadian“ déclarait que l’essentiel, pour lui,  c’était d’aller dans la bonne direction, SA bonne direction, même si c’est lentement : à droite, à droite toute, et droit devant. Il voulait redonner plus de pouvoirs aux familles dans l’éducation des enfants. Il voulait une législation plus sévère contre les jeunes contrevenants. Il voulait revaloriser l’institution du mariage en accordant plus de place aux valeurs religieuses. Il voulait diminuer le rôle de l’État. Il voulait privatiser des entreprises de l’État. Il voulait pousser plus loin  le libre-échange. Il voulait investir davantage dans la construction des prisons. Il voulait resserrer le système d’admission des réfugiés.  Il voulait abolir le registre des armes à feu. Il voulait imposer  un virage moraliste à l’aide internationale. Il ne s’opposait pas à  recriminaliser  l’avortement. Il voulait  beaucoup d’autres choses, le tout inspiré d’un fondamentalisme chrétien.

On ne peut affirmer qu’il croit personnellement à la théorie créationniste, mais son entourage et ses fidèles soldats s’y inscrivent allègrement.  Plusieurs de ses ministres seniors ne se gênent pas pour s’afficher comme ardents défenseurs de la théorie créationniste.  Selon eux, si la planète est toute croche aujourd’hui, c’est que les descendants d’Adam et Ève ont trop forniqué avec les idéologies de gauche et la sociale démocratie.  Et si ce n’étaient d’eux, Charles Darwin  aurait dû comparaître devant  un tribunal comparable à celui de l’Inquisition du 13e siècle.  Et être condamné évidemment pour hérésie. Aujourd’hui, Monsieur Hyde a gagné sur le Docteur Jekyll. 

Le système électoral américain a pu faire en sorte de se débarrasser du modèle original ; notre ineffable George W., auquel s’identifie notre premier ministre “canadian“.  Malheureusement notre système n’est pas aussi limitatif. Mais comme l’écrivait notre éditorialiste de tantôt “si la démocratie est aussi malmenée sous un gouvernement minoritaire, imaginez quelle dictature nous aurions sous un gouvernement Harper majoritaire“. C’est le retour à l’époque des dinosaures.  (B.F. – Le 26 mars 2011/La Voix de l’Est – Le 30 mars 2011)