hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            26.02.2014 - On recycle la bonne, vieille méthode

On recycle la bonne vieille méthode

Un bon nombre d’anglophones et d’allophones songeraient à quitter le Québec, ne voulant et ne pouvant plus subir les affres péquistes… Standard Life quitterait l’Écosse advenant la victoire du OUI lors du référendum… l’Écosse ne pourra utiliser la livre sterling… une Écosse indépendante ne serait pas admise dans l’Union européenne, que de nouvelles inédites dans notre merveilleux monde.

Ces rengaines sont connues et utilisées régulièrement. Ces coups de la Brink, “remake“ 2014, pour beaucoup de Québécois sont usés jusqu’à la corde, nous les entendons au moins depuis 1976.  Des anglos nous l’ont fait et la Sun Life aussi. Même le proprio des Expos, à l’époque, a menacé de déménager son club.  Par contre son oncle de New York l’a tout bonnement rappelé à l’ordre.   Ils l’ont répété en 1980 et 1995 et ils nous referont le coup une prochaine fois.

Entre la guerre civile en Syrie et les troubles en Ukraine, le Québec se retrouve dans les manchettes.  Pour tout ce beau monde, le Québec est une terre inhospitalière se situant tout juste derrière le Zimbabwe ou le pays des Ayattolahs.

Calgary, Vancouver, Kamloops c’est beaucoup plus agréable et accueillant: vous auriez pu y penser avant, vous aviez le choix.

Il y a un vieux dicton latin du 4e  siècle  attribué à Saint Augustin et qui dit: “si fueris Romae, Romano vivito more; si fueris alibi, vivito sicut ibi“ que l’on peut traduire comme suit : “Si tu es à Rome, vis comme les Romains; si tu es ailleurs, vis comme on y vit“.

À ce que je sache, il n’est demandé à personne de renier sa foi, sa langue, ses traditions quoique notre deuxième mère patrie assujettisaient, à une certaine époque,  les québécois francophones  et surtout catholiques au serment du TEST (note 1).  De 1673 à 1828, ceux qui professaient la religion catholique ne pouvaient pas obtenir d’emplois de l’État ou d’organismes officiels, tout comme ils ne pouvaient pas être membres d’un jury.

Le Québec est  une province francophone, quoique nos concitoyens de langue anglaise ont des réseaux bien à eux : scolaire, télévisuel, radiophonique, journaux, hospitalier…  Ils ont leur monde.

Le Québec se veut laïc, où nos concitoyens anglophones ou allophones auront toujours leurs réseaux : scolaire, télévisuel, radiophonique, journaux, hospitalier… Ils pourront toujours vivre dans leur monde.  À ce que je sache, l’État québécois n’intervient pas dans la vie privée de mes voisins, l’État québécois  balise la sphère publique.  Les  Céline Galipeau ou Marie-Ève Bédard lorsqu’elles font une entrevue avec un responsable politique dans un pays musulman se coiffent d’un voile par respect, elles respectent la culture environnante.  Elles appliquent les paroles de Sain Augustin : “Si tu es à Rome, vis comme les Romains; si tu es ailleurs, vis comme on y vit“.  Elles se plient aux règles du pays où elles se trouvent.

Le Québec d’antan a connu la mainmise d’une religion sur son développement :“le ciel est bleu, l’enfer est rouge“ disait un cardinal.  Paroles reprises par un politicien qui contrôla SA province, comme si c’était son butin,  durant de très nombreuses années. 

La Révolution tranquille (note 2) modifia grandement le paysage politique du Québec au grand dam de la hiérarchie religieuse du temps.

Le Québec  est encore francophone; le Québec sera laïc, prolongement de la Révolution tranquille  et le Québec se situe en Amérique du Nord avec tous ses défauts et toutes ses qualités. 

Pour une grande majorité de Québécois, leur gouvernement se trouve dans la ville de Québec et non sur l’autre rive de la rivière des Outaouais. En entendant que…  (B.F. – Le 26 février 2014/Le 1er mars 2014)

Note 1: http://fr.wikipedia.org/wiki/Serment_du_test

Note 2: http://fr.wikipedia.org/wiki/Révolution_tranquille