hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            25.11.2008 - Maître en désastres

25.11.2008 - Maître en désastres

La mémoire est une faculté qui oublie.  Ce cliché définit bien la population du Québec.  Nous vivons collectivement et individuellement  des épisodes d'Alzheimer. 

Lorsque le premier ministre du Québec et chef du Parti Libéral martèle ad nauseam que le désastre dans le secteur de la santé et des services sociaux est l'héritage légué par les gouvernements du Parti Québécois et tout spécialement de madame Marois, il n'a pas seulement une mémoire défaillante, mais il a aussi une mémoire sélective.  Il choisit les faits qui embellissent son discours mais il serait recalé pour ses analyses historiques. L'histoire ne devait pas être son fort à la petite école.

L'atteinte du déficit Zéro par le gouvernement Bouchard a fait mal au réseau de la santé et des services sociaux.  Mais, faut-il rappeler que cet objectif  soutenu par l'ensemble de la société québécoise  faisait suite à l'héritage légué par des gouvernements libéraux. 

Ayant travaillé trente-cinq ans dans ce réseau dont vingt ans en direction générale, faut-il se rappeler que les premières compressions budgétaires dans ce réseau  ont été concoctées par une ministre "LIBÉRAL", madame Thérèse Lavoie-Roux.  Les premières hécatombes remontent au milieu des années 1980.  Opérations compressions qui se sont poursuivies sous un autre ministre "LIBÉRAL", monsieur Marc-Yvan Côté au début des années 1990.  Et ces opérations  ont continué sous la gouverne d'une autre ministre "LIBÉRAL", madame Lucienne Robillard à la fin du règne des  libéraux.  Le désastre a été très bien amorcé, ils ont joué du scalpel à plusieurs reprises. Ces  ministres du Parti Libéral ont mené les premiers travaux de démolition d'un réseau décrié depuis sa naissance. Claude Castonguay, au début des années 1970, lui aussi ministre "LIBÉRAL" se plaignait des listes d'attente et de la pauvreté des services.  Alors rien de  nouveau sous le soleil.

En plus, passons sous silence la multitude des fusions, réorganisations administratives, rapprochements et que sais-je.  La majorité de ces opérations "LIBÉRAL" ont ouvert la voie aux listes d'attente, aux urgences encombrées, à la fermeture de lits, etc... 

Après les gouvernements péquistes 1994-2003, monsieur Charest cuvée 2003, a promis l'eldorado à tous les québécois.  Pour corriger toutes ces lacunes, il a fait appel au bon docteur Couillard qui a continué à fragiliser encore plus ce réseau avec, en premier lieu, ses méga-fusions : allez "hop  cascade" tout dans le même bateau.  CLSC, CHSLD, CH  sont devenus des Centres de santé et de services sociaux, avec résultats que les listes d'attente sont encore plus longues, les urgences sont aussi encombrées, les lits disparaissent comme la neige au printemps en ajoutant en plus la démotivation des personnels, les absences de plus en plus nombreuses, la perte de sens de la mission, etc..., un désastre quoi.

Nous pouvons compter sur les doigts de la main d'un manchot les établissements qui réussissent à répondre aux besoins de la clientèle : et ces rares établissements se retrouvent en régions très éloignées.  Les CH naviguent à vue et ce que nous appelions les CHSLD n'en parlons pas, les services se dégradent à la vitesse grand V : vivement l'euthanasie assistée.

En 2008, ce même monsieur Charest tente de nous refaire le coup. OUI, un autre désastre en perspective.  (B.F. – Le  25 novembre 2008/La Voix de l'Est - Le 25 novembre 2008)