hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            25.07.2013 - Aide médicale pour mourir, nouvelle version

Aide médicale pour mourir, nouvelle version

Un article paru sur le site Internet du Huffington Post Québec le 24 juillet 2013 (note 1) dénonce une fois de plus les CHSLD du Québec.  Cette fois-ci, c’est  l'Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic qui sonne la charge.  Leur constat dénonce, entre autres, des lieux mal entretenus, un personnel insuffisant en perpétuelle rotation, un processus des plaintes déficient.  Ceci ne fait qu’ajouter à la litanie des lacunes qui sont déjà connues.  Certaines personnes iront même jusqu’à dire que l’état lamentable de ce réseau est une étape de l’éventuelle loi sur l’aide médicale à mourir que s’apprête à adopter l’Assemblée nationale.

Face à cette détérioration constante, nous pouvons blâmer l’incurie de TOUS les gouvernements qui se sont succédés depuis plus de cinquante ans et qui n’ont rien fait pour corriger cette situation : ils se sont plutôt amusés à jouer dans les structures.  Une fusion à gauche, un rapprochement administratif à droite; ils ont créé des monstres organisationnels. Il ne faut pas se surprendre des résultats.  L’actuel bordel du réseau des CHSLD était prévisible, les “p’tits vieux“ ne feront jamais le poids contre une urgence d’un hôpital beaucoup plus payant sur le plan électoral.

René Lévesque alors qu’il était ministre de la Famille et du Bien-Être Social en 1964, Claude Castonguay à la fin des années 1960 ont énoncé les grandes lignes de ce que devrait être une politique pour répondre aux besoins des personnes âgées en milieu d’hébergement.  Il serait peut-être approprié de retrouver et de mettre en place leurs propositions.  Mais le voulons-nous ?

Il ne sert à rien d’ajouter des années à la vie si nous sommes incapables d’ajouter de la vie aux années, disait une publicité.  Les CHSLD qui devaient être des milieux de vie à leur naissance sont redevenus les mouroirs d’antan, la dignité en moins.

L’actuel ministre de la Santé et des Services Sociaux qui est un spécialiste du vieillissement et qui s’y connaît en hébergement des personnes âgées pourra-t-il apporter les correctifs ? Aura-t-il le courage politique de remettre en place un réseau s’intéressant exclusivement aux personnes âgées ?  Lui qui a été un ardent défenseur et propagandiste de l’être Bio-Psycho-Social en équilibre pourra-t-il affranchir le réseau des CHSLD de la tutelle hospitalière. Si un gouvernement  a défusionné les fusions au niveau municipal, le réseau de la santé et des services sociaux n’est pas à une réforme près. Ça fait plus de dix ans qu’un ancien ministre a charcuté un réseau qui ne demandait que de l’oxygène, quelques dollars, et en lieu et place, qui a été asphyxié. 

Un hôpital est là pour guérir, un CHSLD est là pour accompagner : deux missions, deux approches, deux philosophies complètement différentes.  À la limite, deux modèles opposés.

S’imaginer que l’on peut guérir le vieillissement donne les résultats que les médias nous rapportent trop régulièrement.  Toutes les commissions d’enquête depuis la Commission Boucher instauré par le gouvernement Lesage nous l’ont dit.  Il s’agit tout simplement de faire une recension des écrits et d’appliquer ce qui a déjà été proposé.  Il n’est pas nécessaire de créer une autre commission d’enquête.

Mais en lieu et place nous lirons bientôt, dans un quotidien près de chez nous, une évaluation faite par l’Association des retraités de Saint-Honoré-des-Pompons affirmant que les CHSLD du Québec ont de sérieux problèmes.  La routine quoi… (B.F. – Le 25 juillet 2013/La Voix de l'Est - Le 26 juillet 2013)

Note 1 : http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/07/24/le-mauvais-etat-des-chsld-denonce_n_3647236.html