hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            23.10.2003 - Une maladie chronique: la...

23.10.2003 - Une maladie chronique: la structurite 

Ainsi le bon Docteur Couillard a trouvé le remède miracle pour guérir tous les maux du secteur de la santé au Québec; il s'agit de faire disparaître les régies régionales et de créer des super centres de santé sur chaque territoire en fusionnant les CH, les CLSC et les CHSLD.  C'est simple, il fallait y penser, mon cher Watson.

Par contre, ce simple remède devient simpliste à l'analyse.  Regardons de plus près.  Sans être un fervent défenseur des régies régionales, il faut reconnaître que cette structure n'a jamais eu entre ses mains les pouvoirs qu'un autre ministre libéral voulait leur donner.  Dans une crise antérieure de structurite aiguë, le ministre Marc-Yvan Côté souhaitait que les régies régionales aient tous les leviers pour améliorer et développer les secteurs de la santé et des services sociaux d'une région donnée: c'était la Réforme Côté, ce n'est pas si vieux que ça: un peu plus de dix ans.  Les régies régionales attendent encore les pouvoirs promis par ce flamboyant ministre.

Une autre crise de structurite aiguë a atteint un autre ministre dans les mêmes années. Ce dernier promettait que la fusion des centres d'accueil et des CLSC allait améliorer le sort des personnes et que les besoins de ces personnes obtiendraient de meilleurs réponses: les listes d'attente et les délais n'ont jamais été aussi longs sans parler de la détérioration des services.

Il est évident que les compressions budgétaires à répétition des quinze dernières années expliquent en partie la situation.  Il est vrai que l'atteinte du déficit zéro en explique une autre partie, mais il est aussi vrai que le mirage de la structurite comme réponse aux maux du secteur de la santé est en grande partie responsable de cette maladie chronique dont les symptômes sont facilement apparents.

Démobilisation des personnels, perte du sens de la mission d'une organisation, standardisation aseptisée des services, sclérose des organisations,  chasse-gardée du pouvoir médical, corporations professionnelles blindées, surbudgétisation des urgences, développements technologiques débridés, surconsommation des médicaments sont autant de facteurs qui font en sorte que le secteur de la santé est malade.

En fusionnant un CH, un CLSC et un CHSLD nous ne faisons que mettre un cataplasme sur une jambe de bois.  Ce n'est pas en malaxant trois missions très différentes que va surgir une nouvelle mission santé; nous aurons plutôt droit à une potion insipide, inodore et sans saveur qui n'a rien de magique.  Il faut rapidement redonner à chaque organisation la pleine responsabilité de sa mission: les besoins des personnes âgées ou en perte d'autonomie n'ont rien de commun avec le programme prénatal ou les chirurgies cardiaques.

À entendre le bon Docteur Couillard, les maux du secteur de la santé et des services sociaux sont provoqués par les services d'entretien ménager et les services alimentaires: il faut aller en sous-traitance au plus vite.  Ça aussi c'est simpliste comme solution, c'est la mode néo-libérale et le Conseil du Patronat est content.

Pour ce qui est des régies régionales, avec tous les défauts qu'elles présentent, elles demeurent la meilleure sauvegarde contre les manigances et les promesses de petits politiciens avides de pouvoir.

En terminant, lorsque l'on s'attarde à revoir les structures on oublie le sens réel de la mission: une autre idée simpliste serait de mettre sur pied une nouvelle commission d'enquête..... Marc-Yvan Côté est sûrement disponible. (B.F. – Le 23 octobre 2003/La Voix de l'Est - Le 23 octobre 2003 et La Presse - Le 3 novembre 2003 comme éditorial du lecteur publié sous le titre "Il fallait y penser, mon cher Watson")