hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            23.08.2010 - Des nouvelles pour faire peur au monde

23.08.2010 - Des nouvelles pour faire peur au monde

Les médias ont comme objectif principal d’informer leurs lecteurs ou leurs auditeurs et par la bande, la population en général.  Au Québec, même s’il y a une convergence certaine dans la propriété des véhicules de l’information, la majorité des médias rendent bien la nouvelle et les points de vue reflètent assez bien les opinions des populations : aux éditorialistes propageant l’idéologie du propriétaire, les chroniqueurs proposent des analyses diversifiées. 

Mais force est de reconnaître et d’admettre qu’il y a des périodes dans une année où la nouvelle est maigre; la période estivale étant l’une d’elles.  Nous avons alors droit au moindre rhume ou atermoiement d’une quelconque vedette ou d’un personnage politique qui n’a pas pris ses vacances.  Les journaux sont d’une “minceur minimaliste“ et les lecteurs de nouvelles étirent leurs entrevues.

Monsieur Harper se promène dans le Grand Nord.  Monsieur Charest tente de redorer une image passablement fanée et contrairement à nos cousins Français, aucun scandale digne de ce nom n’occupe notre quotidien.  Il y a bien la Commission Bastarache et l’affaire Bellemare, mis à part quelques spécialistes, bien peu de personnes “trippent“ sur la nomination des juges. 

Donc nos chefs de pupitre, toutes catégories confondues, ont trouvé la nouvelle ou plutôt les nouvelles qui occupent les premières pages des journaux, qui envahissent les lignes ouvertes et qui ouvrent les bulletins de nouvelles à la télévision. 

Premièrement, il y a l’alerte au tsunami gris et l’impact du vieillissement des baby-boomers sur notre système de santé.  Les baby-boomers, devenant des papy-boomers et des mamy-boomers, seront atteints de maladies et iront engorger les urgences des hôpitaux et monopoliseront tous les lits,  ce qui fera en sorte de faire exploser les coûts et d’amener  une augmentation des taxes et des impôts.  Rappelons pour le commun des mortels que les urgences des hôpitaux au Québec sont encombrées depuis plus de quarante ans et ce ne sont pas les baby-boomers qui ont provoqué ces encombrements.  Par contre, ce sont ces baby-boomers qui ont payé la facture de ces crises à répétition. 

Deuxièmement, il y a un affolement démesuré face à la rentrée au CEGEP des élèves de la réforme, la dernière réforme évidemment.  Ces élèves issus du dernier renouveau pédagogique concocté par nos pédagogues risquent de perturber le monde collégial et d’échouer lamentablement.  À en croire tous les “logues“ de la société québécoise, c’est la première fois qu’une cohorte originant d’un nouveau programme se pointe le nez dans le monde de l’éducation.  Aristote, lui aussi, il y a près de 2500 ans vouait la jeunesse de son temps aux pires calamités que la civilisation pouvait produire.

Faut-il rappeler que toutes les cohortes de jeunes depuis la nuit des temps ont provoqué pour leurs prédécesseurs des crises d’urticaire et des appréhensions qui nous ont mené jusqu’à aujourd’hui. Par contre, ce sont toujours les mêmes baby-boomers qui ont payé  la facture pour ce réseau de l’éducation

Donc les jeunes d’hier vont encombrer les urgences,  les jeunes d’aujourd’hui vont échouer au CEGEP,  et les jeunes à  naître vont être dans l’obligation de ramasser tous ces pots cassés. 

Mais si nous lisons l’Histoire de l’humanité, il me semble que ce scénario a été écrit par Adam et Ève pour les uns ou par les ancêtres de Cro-Magnon pour les autres.

Et pour la suite des choses, tous les Lapierre, Gendron, Mongrain  de ce monde  auront de quoi faire peur au monde. Ainsi va la vie. (B.F. – Le 23 août 2010/La Voix de l’Est – Le 1er septembre 2010)