hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            20.07.2015 - Il faut redéfinir la démocratie

Il faut redéfinir la démocratie

C’est une urgence nationale, à tout le moins au Canada.  Il ne faut pas laisser Stephen Harper dénaturer des principes, des définitions et des idéologies qui  font partis du patrimoine de l’humanité. 

Depuis près de dix ans, notre Canadian Prime minister tente de nous imposer SA vision, SA conception de SA démocratie.  Durant ses études universitaires à Calgary, il a sûrement fait l’école buissonnière lorsque ses professeurs ont présenté la pensée des Aristote et d’Abraham Lincoln : il devait être dans un comptoir de beignets quelconque.  Il n’est jamais là où il devrait être.  Et depuis, il confond démocratie et oligarchie.

Pour nous situer, retenons de définitions simples.  La démocratie est un régime politique dans lequel le peuple (vous, moi et tous les autres) exerce sa souveraineté.  Une oligarchie est une forme de gouvernement où le pouvoir est dans les mains de peu de personnes.  Au Canada, le peu de personnes se résume à un nom : Stephen Harper. IL est la voix, la vérité, la vie.  IL sait ce qui est bon ou mauvais pour vous, moi et tous les autres. C’est à croire que tous les Québécois, les Ontariens, les Albertains, tous les Canadiens quoi, sont devenus des imbéciles heureux en élisant notre cher Stephen comme  Canadian Prime minister

Et non content de sévir dans SON Canada nouvelle mouture, il se permet et se fait plaisir à donner des leçons : il souhaite exporter SA démocratie bien à lui.  Le Chili, la Chine, l’Ukraine, la Russie  pour ne nommer que ces pays, ont déjà eu droit à ses leçons.

Comme “peddler“, nous avons déjà connu mieux au Canada.  Sera-t-il encore là après le 19 octobre 2015 ?  Pour le mieux être de nous tous, nous pouvons espérer un renouveau : “anyone but not Harper“ dit-on dans la langue de Shakespeare ou “ouubani kodwa Harper“, en Zoulou.  Mais les “Canadians“ étant ce qu’ils sont, nous pouvons craindre le pire. Mais ils peuvent se consoler en se disant qu’il y a  pire ailleurs.

En 2012, The Economist Intelligence Unit (note 1) publiait un classement qui partageait les pays du monde en quatre catégories : 1) démocratie complète, 2) démocratie incomplète, 3) démocratie hybride, 4) régime autoritaire.  Ce classement reposait sur les critères suivants : les processus électoraux, le fonctionnement du gouvernement, la participation politique, la culture politique ainsi que les libertés civiles.  Mince consolation, le Canada était toujours classé comme démocratie complète ; mais pour combien de temps ?

En réélisant notre Canadian Prime minister, nous pouvons présumer que cette situation pourrait changer lors d’un prochain classement. 

Le Canada ne fait plus partie des 10 pays en tête de liste du classement annuel de l'Indice de développement humain (IDH) des Nations unies (note 2), un résultat sans précédent alors que le pays a occupé le premier rang pendant la majeure partie des années 1990.

Le rapport de 2013, qui passe en revue la performance des pays au chapitre de la santé, de l'éducation et du revenu, place le Canada au 11e rang, alors qu'il occupait le 10e rang l'année précédente.

Doucement, sournoisement notre Canadian Prime minister modèle SON Canada selon ses valeurs ; c’est qu’il est patient notre cher Stephen. 

Le Canada est doté d’un Parlement où les pouvoirs législatifs, exécutifs et, dans une certaine mesure, judiciaires, sont concentrés dans les mains du premier ministre (Stephen Harper). Le représentant de la Couronne, le Gouverneur général, n’exerce qu’une fonction symbolique. La date d’élections, est elles aussi contrôlées par le premier ministre. C’est  un système qui n’accorde qu’un minimum de démocratie lorsque les gens au pouvoir ont un minimum de bonne foi et respectent les droits de l’opposition. Or le Canada est présentement dirigé par un homme qui n’est pas de bonne foi et qui n’a manifestement aucun respect pour ceux et celles qui ne lui obéissent pas au doigt et à l’œil, qui ne pensent pas comme lui.  Pour que ça soit clair pour tous, on ne dit même plus le gouvernement canadien, on dit maintenant le gouvernement Harper. Pierre Dubuc, commentateur de la vie politique canadienne a déjà affirmé que Monsieur Harper était un homme dangereux. 

Le Canada des grands espaces demeure encore pour un certain temps un pays accueillant quoique monsieur Harper souhaite que les immigrants restent chez eux, sécurité oblige.  Le style va-t-en guerre de notre Canadian Prime minister fait en sorte que SON Canada est devenu une cible potentielle, ce qui fait le bonheur de Stephen et ça lui donne une situation à exploiter lors de la campagne électorale d’octobre 2015. 

Le Canada social-démocrate de jadis est maintenant un pays identifiée à la droite de la droite, c’est LA vision qu’impose ce cher Stephen à la population canadienne et québécoise.  Même s’il a été élu avec plus ou moins 30% des votes.  Le 70 autres % peuvent aller se faire cuire un œuf et endurer leur mal en patience en se consolant qu’il y a pire ailleurs. Il y a la Syrie, l’Afghanistan.  Il y a 52 pays sur la planète et plus de 37% de la population qui vivent sous un régime autoritaire.

Selon The Economist Intelligence Unit  plus ou moins 142 pays et plus de 88% de la population de notre planète ne connaissent pas ce qu’est une démocratie complète.  Il reste encore beaucoup de pays qui ne sont  dirigé par un homme ou une femme qui n’est pas de bonne foi.

Le Canada devrait s’abstenir de donner des leçons : sa crédibilité internationale n’est plus ce qu’elle était.  Tous les efforts déployés par Lester B. Pearson ou Pierre-Elliot Trudeau sont annihilés par l’actuel Canadian Prime minister.  Beaucoup de travail de réhabilitation pour les prochains Premiers ministres du Canada en autant que son fan club ne maintienne pas ce cher Stephen dans le poste de Premier ministre du Canada.  C’est le souhait que nous pouvons nous faire. (B.F. - Le 20 juillet 2015)

Note 1 :http://www.actualitix.com/democraties-dans-le-monde.html

Note 2 : http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/03/14/indice-de-developpement-humain-canada_n_2877946.html