hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            20.04.2013 - La violence, nous aimons la wouère

La violence, nous aimons la wouère.

C’est le moins que nous puissions dire : nos voisins du Sud ont connu une semaine mouvementée :  l’attentat de Boston, l’explosion d’une usine de fertilisants au Texas.

À ces situations terroristes ou accidentelles, nous devons ajouter les quelque 300 meurtres qui se sont déroulés sur le territoire américain dans la dernière semaine.  Selon les statistiques disponibles et connues, il se produit annuellement plus de 16,000 meurtres par années aux USA.  À titre de comparaison, c’est la ville de Saint-Basile-le-Grand au Québec qui disparaît de la carte à chaque année.  Depuis dix ans, c’est la ville de Sherbrooke, la sixième ville la plus populeuse du Québec,  qui a été rayée de la carte. 

Et au niveau mondial, les USA, toujours selon les statistiques, n’est pas le pays où nous comptabilisons le plus grand nombre d’homicides : dans le “top cinq“, en plus de nos voisins du Sud  nous retrouvons l’Inde, la Russie, la Colombie et l’Afrique du Sud.  Les USA  ne sont que cinquième. Annuellement au niveau mondial, c’est plus de 200,000 homicides qui sont commis : c’est la ville de Longueuil qui n’est plus.  Au Canada  il se commettrait un peu plus de 500 homicides par année.   Si nous projetons en fonction des têtes de pipes, il y aurait plus de 5,000 homicides par année au Canada dont un peu plus de 1000 au Québec. Triste consolation, nous serions moins violents.

Il est évident qu’une société ne peut contrôler les désaxés qu’elle produit.  Il est évident qu’une société ne peut mettre un policier derrière chacun de ses citoyens. 

Mais nous devons nous l’admettre, nous sommes des voyeurs : CNN, RDI ont sûrement atteint de  bonnes cotes d’écoute durant la cavale suivant l’attentat de Boston.  Les films violents ont du succès : plus il y a d’assassinats, d’explosion, d’attentats plus les foules se bousculent aux portillons.  Les réseaux de télévision,  chez nos voisins du Sud, ne se privent pas pour  annoncer ces prochaines parutions.   Alors pourquoi se surprendre des résultats ?  Tant sur les petits et grands écrans, un esprit le moindrement désaxé peut voir le comment, le où, le quand perpétrer un acte démentiel.  Qui plus est comme le souligne les experts, Internet leur fournit la recette pour confectionner à peu de frais l’outil de leur attentat. Alain Finkielkrault, philosophe français a déjà dit : “Internet est le rendez-vous des chercheurs mais aussi celui de tous les cinglés, de tous les voyeurs…..“

La violence, sous toutes ses formes, est une garantie de succès.  Les gros bras, les forts en gueule sont les héros des temps modernes. Tous ces nouveaux héros font la première page des journaux.  Tous ces héros sont  invités à la télévision où ils sont applaudis : ils assurent un  bon tirage ou une bonne cote d’écoute.  Nous pouvons prévoir que l’attentat de Boston fera l’objet d’un prochain film, le scénario est sûrement en rédaction présentement.  Les personnes qui ont applaudi les policiers de Boston lors de la capture du terroriste seront possiblement les mêmes personnes à se payer une sortie au cinéma dans la prochaine année.

Atlanta, Columbine, New-York, Salt Lake City, Virginia Tech, Newton, Boston, pour ne nommer que ceux-la, sont des événements tragiques. Comme l’a déjà écrit Anatole Bisk, dit Alain Bosquet, écrivain français d’origine russe : “la violence est l’une des grandes industries américaines“. Plus près de nous, Yvon Deschamps dans un de ses célèbres monologues nous a fait rire en disant: “On veut pas  le sawouère, on veut le wouère“.

En attendant un prochain événement tragique, continuons à carburer à la violence, c’est dans l’ADN de l’Homme.  Avec CNN, RDI et tous les autres médias, nous sommes assurés de  “le wouère“.  (B.F. – Le 20 avril 2013/La Voix de l'Est - Le 22 avril 2013))