hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            19.07.2012 - Demain nous appartient ???

Demain nous appartient ???

La vie est bonne pour les électeurs du nouveau comté de Granby, anciennement le comté de Shefford.  Pour la prochaine campagne électorale en plein été que décrètera notre P.M., celui qui se dit “libéral“ mais dont l’ADN est conservatrice, nous aurons droit à la candidature du député sortant, anciennement de l’ADQ, recyclée en ADQ deuxième version, renommée CAQ.

De plus, La Voix de l’Est nous apprenait que nous aurions un candidat qui se voyait,  il n’y a pas si longtemps, représenter l’ADQ-CAQ mais son magasinage n’ayant pas donné les résultats escomptés, il a été repêché par le Parti libéral du Québec et il doit se consoler avec l’obligation de représenter le PLQ, dont le chef est, répétons-le, conservateur dans l’âme.  C’est le parfait mélange des genres et de la pensée politique : un oiseau de toutes les couleurs chantait Gilbert Bécaud.

Et Luc Perron qui portera les couleurs du Parti Québécois, plus quels autres candidats faisant de la figuration.  La vie est bonne pour nous.

L’ancien comté de Shefford est difficile à cerner.  Il a été représenté par des députés ayant laissé leurs marques. Jean Lapierre, à Ottawa, libéral de souche et qui donna naissance au Bloc Québécois. Robert Vincent comme bloquiste,  puis finalement Roger Paré du Parti Québécois qui représenta   très dignement le comté durant treize ans à l’Assemblée Nationale à Québec.

Pour ajouter à cette sinueuse trajectoire, ces mêmes électeurs ont pris un virage orangé lors de la dernière campagne fédérale. À droite de la droite à Québec et à gauche du centre à Ottawa : allez comprendre quelque chose. 

Sans oublier que ces mêmes électeurs ont voté OUI à près de 53% au référendum de 1995 pour la souveraineté du Québec et voté NON à près de 60% contre l’Accord de Charlottetown en 1992.  Accord qui avait été concocté par notre actuel premier ministre québécois qui était alors un conservateur “pure laine“.

Aujourd’hui, à l’aube d’une campagne électorale estivale, nous nous retrouvons face à une  coalition ADQ-CAQ-PLQ qui souhaite dénaturer le Québec bâti par Jean Lesage et René Lévesque ou un parti purement québécois qui souhaite remodeler le Québec pour faire face aux défis du présent millénaire.  Rappelons-nous ce que disait Jean Lesage le 5 octobre 1961 Jusqu'à maintenant notre situation historique et géographique nous a forcés de devenir ce que nous sommes : nous voulons désormais être ce que nous pouvons devenir“.

La crise étudiante qui est devenue une crise sociale  sera un élément important de la campagne électorale, qu’on le veuille ou non.  La crise étudiante devenue crise sociale dépasse largement l’augmentation des droits de scolarité, qu’on le veuille ou non.  Un choix de société est à faire.

Nous sommes de retour dans la Grande noirceur aurait dit Jean Lesage et il aurait ajouté : «Comme peuple adulte, nous ne pouvons plus supporter de croupir dans l’immobilisme forcé, immobilisme imposé par une clique politique à qui il plaît que notre province demeure une source de matière première, un réservoir de main d’oeuvre à bon marché ou un pays vieillot que l’on visite en touriste. (…)

Les électeurs de Granby comme tous les électeurs du Québec sont confrontés à cette réalité : reconstruire un Québec moderne.  La Révolution tranquille de nos parents a vieilli, c’est vrai.  La Révolution tranquille demande un “lifting“, c’est vrai.  La Révolution tranquille exige un nouveau départ, c’est vrai.  Mais ce n’est pas en confiant cette responsabilité à des “promotteux“ et des charlatans que nous pourrons reconstruire sur des bases solides.

Notre avenir, c’est demain et non hier.  La Grande noirceur, NON MERCI ont dit nos parents et grands-parents. Nous l’avons déjà expérimenté. (B.F. – Le 19 juillet 2012/La Voix de l'Est - Le 25 juillet 2012)