hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            17.05.2014 - Plus blanc que blanc

Plus blanc que blanc

À les entendre tous et toutes, ils ou elles sont la réincarnation de la pureté même. Ils ou elles n’ont rien fait de répréhensible: ils ou elle n’ont rien vu;  ils ou elles n’ont rien entendu. Ils ou elles prennent les citoyens pour une bande d’enfoirés incultes. Ça peut expliquer le choix que cette population a fait le 7 avril dernier: la même population serait bête à manger du foin. L’affirmation d’Einstein est encore une fois confirmée: nous avons le gouvernement que nous méritons.

Tous les jours, nous amènent notre lot de révélations: corruption, financement illégal aux partis politiques, dépassement des coûts, prête-noms, collusion, pot de vin, enveloppe brune ou blanche, etc… Nommer les noms cités et toutes les personnes ayant trempé dans une quelconque magouille exigerait une récension, très longue à faire,  ce qui n’est pas le but de la présente chronique.

Que vous ayez été ministre, député, ingénieur, fonctionnaire, entrepreneur, conseiller politique, maire; le sytème semble atteindre tout ce qui bouge dans notre “merveilleux“ monde politique indépendamment de la couleur.  La corruption établie en système ne date pas d’hier.  Les causes sont multiples: mauvaise gouvernance, la faiblesse des institutions et la perversion culturelle.  Le développement de la  corruption ferait partie de la culture d’une organisation ou d’une société. Nul besoin d’aller dans un pays lointain ou dans un pays en  voie de développement, le Québec a ses propres corrupteurs et corrompus.  Dans cette danse, comme dans toutes les autres danses, il faut deux partenaires.

Selon une estimation de la Banque mondiale, en 2001-2002 1 000 milliards de dollars auraient été détournés en pots-de-vin. Ce montant représente environ 3 % des échanges de la planète pour cette même période.  Cette somme ne tient pas compte des astuces développés depuis cette estimation. Toutes les Commisions Gomery et Charbonneau ne mettront pas un point final à cette façon de faire.  De nouvelles méthodes seront inventées pour nous arnaquer jusqu’à une prochaine commission d’enquête.

Selon le rapport 2010, de Transparency International,  trois quarts des 178 pays étudiés sont perçus comme gravement corrompus.  Seule consolation, si consolation il y a, le Canada se retrouve dans le Top 5 des pays les moins corrompus. Après le Danemark, la Nouvelle-Zélande, Singapour et la Suède.  Le bonnet d’âne étant porté par la Somalie et la Corée du Nord comme étant les pays les plus corrompus.  Par contre, ce rapport affime aussi que la complaisance des pays occidentaux ajoute à la corruption mondiale : les paradis fiscaux et le secret bancaire, entre autres,  sont des moyens douteux,  qui sont susceptibles d'avoir des répercussions graves sur la démocratie.

Ceci étant la réalité, toutes les magouilles dénoncées par les enquêtes sont connues par notre “merveilleux“ monde politique d’ici et d’ailleurs et les citoyens sont des spectateurs impuissants face à l’inertie de ceux et de celles que nous avons mis en place pour corriger ces malversations.  Les faits sont connus, il s’agit de mettre fin à ces manières de faire : c’est là que les réponses et surtout le volonté d’y mettre fin se font attendre.  C’est à se demander si notre “merveilleux“ monde politique ne trouve pas un quelconque avantage à entretenir les affres de la corruption. 

Leur inaction à combattre un tel fléau laisse pantois les populations qui en bout de la ligne subissent tous ces shows de boucane.  Hier nous pouvions affirmer que notre monde politique était corrompu, ça pouvait être une image, mais aujourd’hui, c’est un constat. Nous connaissions une marque de savon qui lavait plus blanc que blanc.  Maintenant,  nous sommes choyés, nous avons des politiciens et des politiciennes qui sont la réincarnation de la pureté même. 

À moins que nous revivions une nouvelle adaptation du récit des Mille et Une Nuits: plusieurs personnes sont en liste pour le rôle d’Ali Baba.

N.B.  Pour les personnes n’ayant pas accès aux reportages de Radio-Canada.  Vous pourrez suivre ce dossier en consultant les sites Internet suivants.   (B.F. – Le 17 mai 2014/La Voix de l'Est - Le 26 mai 2014)

http://www.ledevoir.com/

http://www.lapresse.ca/

http://ici.radio-canada.ca/politique

http://quebec.huffingtonpost.ca/