hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            17.03.2011 - La démocratie à Harperland, de la science fiction

17.03.2011 - La démocratie à Harperland, de la science-fiction ? 

Il s’en passe des choses présentement sur notre bonne vieille terre qui en  a déjà vu beaucoup.  Tremblements de terre, tsunami, centrales nucléaires détruites au Japon.  La Tunisie et l’Égypte qui se  débarrassent de leurs dictateurs.  D’autres pays arabes qui sont atteints d’une grogne populaire sans précédent.  La Libye qui s’enfonce dans une guerre civile meurtrière.  La France qui fait des yeux doux au Front national ou est-ce le Front national qui fait les yeux doux aux Français ?  La Côte d’Ivoire qui étire sa crise.  Haïti qui ira enfin aux urnes, mais qui accueille à bras ouverts ses anciens dictateurs. La Grèce, l’Irlande, l’Islande qui sont en faillite, mais ça c’est de l’histoire ancienne… Sans oublier le train-train habituel de l’actualité universelle… c’est du gâteau pour tous les médias de la planète, ils n’ont que l’embarras du choix.  Nous avons même notre propre tremblement de terre, c’est vous dire.

Et  tout près de nous, dans notre cours, notre ineffable premier ministre “canadian“  zigzague vers une prochaine élection et  tente de faire le “beau“ pour enfin avoir ce qu’il lui a été refusé depuis 2006 : un gouvernement majoritaire.  Les canadiens, les québécois sauront-ils résister au chant des sirènes conservatrices.  Pour notre bien à tous, nous ne pouvons que nous le souhaiter.  L’expérience vécue depuis 5 ans sous la férule conservatrice maintenant surnommée “L’Équipe Harper“ a assez duré et les dommages causés prendront un certain temps à être rafistolé.  Ce n’est pas parce que l’on change le nom ou l’étiquette que le produit est amélioré :  ça demeure toujours un parti ou une équipe réactionnaire et rétrograde s’appuyant sur des idées et des valeurs ultra conservatrices d’une droite religieuse d’une autre époque.

Dans son dernier bouquin publié au début de février 2011 “L’oligarchie menace ce qui reste de démocratie“, le journaliste Hervé Kempf affirme que notre démocratie parlementaire se transforme de plus en plus en une oligarchie où le pouvoir est entre les mains d'un petit nombre d'individus, de quelques familles ou d'une très petite partie de la population, généralement une classe sociale ou une caste. Régime qui d’une façon subliminale dérive vers un despotisme, si nous n’y prenons garde, où  l'autorité est exercée par un individu qui règne avec un pouvoir politique absolu, et de manière abusive au regard des lois. 

Lorsque l’on met la Chambre des Communes en lock-out. Lorsque l’on trompe ce même Parlement. Lorsque l’on abuse des nominations partisanes. Lorsque l’on gaspille des dizaines milliards pour des avions militaires. Lorsque l’on valorise les armes à feu. Lorsque l’on s’attarde à l’ouverture d’un comptoir de beignets au lieu d’être à la tribune de l’ONU, la théorie d’Hervé Kempf prend tout son sens : “c’est l’influence démesurée des puissances financières sur le pouvoir politique…  C’est le contrôle des médias : la grande majorité des médias de masse est contrôlée en termes capitalistiques et donc rédactionnels par ces puissances d’argent. Enfin c’est l’hybridation des personnels politiques et des dirigeants économiques. La séparation entre la sphère publique et la sphère économique est un des principes au coeur de la démocratie. Or cette distinction s’efface peu à peu, comme on l’observe par les va-et-vient entre haute fonction publique et grandes entreprises“.

Notre démocratie devient de la science-fiction.  Et ce scénario est appliqué lentement, soigneusement mais sûrement par notre premier ministre “canadian“.  Et son rêve est de devenir le premier Président à vie d’un réel Harperland “coast to coast“. Je m’ennuie de Monsieur Chrétien, c’est vous dire !!!  (B.F. – Le 17 mars 2011/La Voix de l’Est – Le 19 mars 2011)