hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            17.01.2013 - C,est sa politique et nous payons pour ça...

C’est SA politique et nous payons pour ça…

On la voyait venir, on la prévoyait, on s’en doutait, et bien maintenant c’est SA politique.  C’est même la nouvelle politique pour l’aide internationale  de notre gouvernement, celui qui trône à Ottawa.  Celui qui a été élu par un peu plus de 30% de la population canadienne et québécoise. Celui qui nous représente à l’étranger. Celui qui fait rire de nous à l’étranger par ses prises de position rétrogrades, dépassées, archaïques.

Agnès Gruda (note 1) et Vincent Marissal (note 2) de La Presse, dans leurs chroniques du 14 janvier 2013, nous présentent la nouvelle façon de faire et la nouvelle façon de penser du gouvernement très conservateur de notre ineffable Canadian Prime Minister, Monsieur Harper.  Pouvions-nous espérer mieux?

Le fond du baril est atteint.  Nous pouvons toujours décrier les intégristes musulmans. Nous pouvons toujours déblatérer contre les extrémistes de toutes les confessions.  Nous pouvons toujours dénigrer tous les ayatollahs qui empoissonnent l’humanité, nous canadiens, nous québécois nous nous retrouvons avec LE nouveau guide de la bien-pensance.  Il se prend pour LE nouveau guide suprême voulant combattre  les hérétiques que nous sommes et propager sa nouvelle doctrine  en empruntant, comme le souligne Vincent Marissal,  la devise de nos voisins du Sud :  “In God We Trust“. En plus de vouloir nous évangéliser, il décrète une nouvelle croisade.  On s’en doutait, il se prend pour LE nouveau messie.  Tant qu’à y être, il ne faudrait pas se surprendre que bientôt, il décrète qu’Ottawa devienne une nouvelle ville sainte. Pourquoi pas?

Jamais le Canada n’aura eu à sa tête un idéologue aussi moralisateur, tenace et patient.  L’avantage, s’il y en a un, est de cristalliser les positions extrêmes et de provoquer un rejet.  Ses prises de position dépassées et ses décrets ne font que susciter les oppositions.  Il y a un diction disant : “que l’on peut tromper son père tout le temps, on peut tromper le monde longtemps, mais on ne peut tromper tout le monde tout le temps“ : notre “canadian prime minister“ s’est engagé sur cette voie.   Mais les dégâts qu’il provoque demanderont du temps à être réparé. 

Nos voisins du Sud se sont débarassés de George W. ; nos cousins Français ont indiqué la sortie à Sarkozy ; des dictatures tentent de rétablir un semblant de démocratie. Nous, au Canada, sommes aux prises avec un nouvel Attila des temps modernes.  Bon, nos amis Italiens pensent ramener Berlusconi, ce n’est pas mieux.  À chacun sa peine pourrions-nous dire.

Vous nous direz que le Canada représente un des rares pays où l’économie semble résister aux assauts des crises financières, mais nous devons admettre que cette réalité est l’héritage laissé par les gouvernements précédents de Jean Chrétien et de Paul Martin.  Quoi qu’en dit notre canadian prime minister, les précédents gouvernements libéraux ont laissé une économie passablement solide.  L’actuel gouvernement vit sur du temps emprunté.  C’est vrai pour l’économie et c’était vrai sur les orientations sociales : les derniers gouvernements libéraux ont maintenu la place légendaire canadienne sur la scène internationale. 

Tout souverainiste peut être l’auteur de ces lignes, nous devons reconnaître à messieurs Chrétien et Martin d’avoir protégé la notoriété canadienne, même en déplaisant au passage son allié américain.

Depuis sa première élection, l’actuel gouvernement s’amuse à saccager ce qu’a été la position équilibrée du Canada depuis plus de cinquante ans.  Son idéologie religieuse imprime à  la diplomatie et à la politique canadienne un caractère partial.

Au Québec, nous débattons actuellement de laïcité. Au Canada nous sommes les témoins de la “confessionnalisation“ de la politique étrangère canadienne. Ce n’est plus la devise américaine mais “In Harper We Trust“.

Une fois de plus, le roman de Hugh MacLennan (note 3) sur les deux solitudes canadiennes (note 4) prend tout son sens.  Ce roman ne se trouve pas dans la bibliothèque de Monsieur Harper. Mais ce n’est pas une raison de subir ses dérapages.  (B.F. – Le 17 janvier 2013)

Note 1 :

http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-canadienne/201301/13/01-4610939-harper-et-le-virage-religieux-de-lacdi.php

Note 2 :

http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/vincent-marissal/201301/13/01-4610940-dieu-business-et-petrole.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4610939_article_POS1

Note 3 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Hugh_MacLennan

Note 4 : http://www.thecanadianencyclopedia.com/articles/fr/deux-solitudes