hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            15.11.2011 - Je ne suis pas caquiste...

Je ne suis pas caquiste…

Je ne le deviendrai très probablement pas : ce n’est pas inscrit dans mes gènes.  Mais à écouter les délires des dirigeants des autres formations politiques québécoises on constate un manque flagrant d’analyse et une incapacité désolante d’autocritique.

Je veux bien croire que la naissance de la Coalition Avenir Québec de François Legault n’est pas la plus grande révélation depuis l’apparition du bouton à quatre trous, mais de là à déblatérer comme le font les représentants de notre classe politique, ça ne fait que confirmer le peu de respect qu’ils portent à la démocratie qui devrait être la règle de notre système.

Entendre notre actuel premier ministre parler de tartes aux pommes et d’idées mal ficelées; entendre Madame Marois parler de vieilles recettes; entendre Madame David parler d’un brassage magique des structures,  pour qualifier le contenu du programme du nouveau parti, c’est tout et rien qui nous explique la grande désillusion des citoyens face à cette même classe politique.

Le “on verra“ de François Legault est-il mieux ou pire que le “nous sommes prêts“ et “les deux mains sur le volant“ de Jean Charest qui depuis 8 ans gouverne le Québec sans boussole et au gré de ses états d’âme ?  Le “on verra“ de François Legault est-ce pire ou mieux que les magouilles qui gangrènent la tête du Parti Québécois depuis… depuis trop longtemps ?  Le “on verra“ de François Legault est-ce pire ou mieux que la pensée magique développée dans le programme du parti de Madame David ?  Le “on verra“ de François Legault est-ce pire ou mieux que le populisme folklorique d’une ADQ prête à se vendre pour une poutine ?

Les dérapages et les improvisations concoctés par ces familles politiques depuis trop longtemps ont créé le désenchantement de la population québécoise envers la politique au sens large.  Tout au plus, pouvons-nous  nous consoler en constatant que ce n’est guère mieux ailleurs dans le monde.

Les Charest, Marois, David, pour ne nommer que ceux-là et au Québec seulement, sont responsables de la perte de crédibilité de l’honorable tâche de nous représenter.  Il faut aussi honnêtement admettre que nous avons participé à notre désillusion en propulsant au pouvoir quelques apprentis sorciers et charlatans qui faisaient miroiter des lendemains enchanteurs : nous avons cru à de nouveaux messies.  Mea culpa, mea maxima culpa comme nous le disions à l’époque.

L’arrivée du parti de François Legault ajoute un nouveau joueur sur la patinoire.  Comme le disait le légendaire Claude Ruel du Canadien de Montréal : “Il n’en aura pas facile“. La prochaine campagne électorale mettra aux prises des partis et leurs chefs que veulent notre bien, qui prendront des engagements tous aussi irréalismes les uns que les autres : la routine quoi.

Toutes  ces brillantes personnes pourront-elles réconcilier les citoyens que nous sommes avec la politique ?  Toutes les promesses de ces brillantes personnes  rapprocheront-elles les citoyens des  centres de décisions ?  Toutes ces brillantes personnes pourront-elles développer une meilleure écoute pour répondre aux réels besoins des citoyens ?  Toutes ces brillantes personnes pourront-elles recentrer le débat politique vers le développement d’une meilleure société pour TOUS ?

Les derniers jours ne nous annoncent rien de bien stimulant si ce n’est l’apparition d’un nouveau messie qui semble avoir une nouvelle formule pour nous impressionner.  Ça ne fera qu’à ajouter à la cacophonie.

Comme le disait Coluche en parlant des politiciens : “Il y en a, pour briller en société, ils mangeraient du cirage à chaussures“.  En sommes-nous rendus là ?  (B.F. - Le 15 novembre 2011/La Voix de l'Est - Le 17 novembre 2011)