hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            14.02.2013 - Un débat de société inévitable

Un débat de société inévitable

Qu’on le veuille ou non, il faudra se résoudre à le faire. Que l’on veuille ou non, il faudra vivre avec les conséquences.  Que l’on veuille ou non, il y aura possiblement une fracture intergénérationnelle.  Que l’on veuille ou non, le Québec est à la croisée des routes.  Il n’y a  pas seulement une question constitutionnelle à clarifier, même s’il est évident qu’après 250 ans d’une conquête par les armes, il est temps de se donner un PAYS.

Que l’on veuille ou non, des choix sont à faire sur plusieurs sujets et il faut se mettre à la tâche.  Les baby-boomers, dans les années 1960, ont provoqué bien des remous.  Pour certains ce ne fut que des changements cosmétiques, pour d’autres ce fut le signal d’une entrée dans la modernité.  Cinquante ans plus tard, nous devons reprendre cette réflexion et redéfinir ce que sera le Québec de demain. Les papy-boomers et les mamy boomers doivent passer le témoin à une nouvelle génération qui nous fera progresser. 

Les sujets sont nombreux : les droits de scolarité, le développement des gaz de schiste et pétrolier, l’environnement, l’assurance chômage, les relations internationales, la protection de la langue et de la culture, la révision du mode électoral, le libre échange avec l’Europe, le rôle de la caisse de dépôt et de placement dans notre développement économique, pour ne nommer que ceux-là, sont des dossiers qui marqueront notre devenir. C’est l’avenir collectif de tout un peuple : on ne peut laisser toutes ces décisions à prendre seulement au bon vouloir des politiciens, à certains développeurs et à quelques belles-mères. Nous avons aussi nos magouilleurs, nos casseurs, nos profiteurs, ça fait partie de notre portrait de famille.

Jean Lesage, René Lévesque, Robert Bourassa  ont fait du Québec une société moderne et ouverte sur le monde qui fait l’envie de plusieurs. Le Québec est sur le plan mondial au 17e rang pour la superficie de son territoire, au 94e rang au chapitre de la population, en 49e place pour le produit intérieur brut total, en 27e position pour le produit intérieur brut par habitant, au 44e  rang comme exportateur de biens et services sur les marchés internationaux.  Vous conviendrez qu’il y a pas mal “plus pire“ ailleurs.

On peut aussi accuser les baby boomers de tantôt de s’être construit un environnement sur mesure, mais n’empêche que leurs parents, leurs grands-parents, leurs enfants en ont profité et en profitent.

Rappelons-nous cette anecdote que vous connaissez peut-être. Un jeune se pensant assez génial,
assiste à un match de hockey avec des amis.

Il essaie d’expliquer à son voisin, qui a un âge certain,
pourquoi il est impossible 
aux vieux de comprendre la nouvelle génération.

Vous avez grandi dans un monde différent, que je qualifierais 
aujourd’hui de primitif dit le jeune.


Les jeunes d’aujourd’hui ont grandi avec
la télévision, les avions, les voyages dans l’espace. Nos vaisseaux spatiaux ont visité Mars,
nous avons l’énergie nucléaire, l’électricité, 
les autos à hydrogène, les ordinateurs ultra rapides, les téléphones intelligents, etc.

Il prit une pause pour boire une longue gorgée de bière. Profitant de l’arrêt, son voisin plus âgé dit:

Tu as parfaitement raison, mon jeune.

Quand nous étions jeunes,
nous n’avions pas toutes ces choses que tu as mentionnées.


C’est pourquoi nous avons dû les inventer.

 Maintenant, mon jeune, toi et ta gang, qu’allez-vous faire pour la prochaine génération ?

Le Québec a les ressources humaines, les connaissances, les ressources naturelles, les capacités d’innover. C’est maintenant la responsabilité des “X“, des “Y“ d’écrire une nouvelle page d’Histoire. Il nous reste tout simplement à nous rapailler, d’en débattre et de construire.  (B.F. – Le 14 février 2013/La Voix de l'Est - Le 16 février 2013)