hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            13.11.2015 - “Kid Kodak“
“Kid Kodak“
Ce n’est pas la première fois que la ville de Montréal vit une telle situation loufoque.  Ce n’est pas la première fois que la ville de Montréal se retrouve avec un maire flamboyant.  Ce n’est pas la première fois que la ville de Montréal est dirigée par un maire qui aime se donner en spectacle.  Il faut se souvenir de Jean Drapeau qui ne détestait pas  se montrer.  Pour Jean Drapeau, la ville de Montréal était SA ville.   Il dirigeait Montréal comme si elle lui appartenait. 
 
Sous son règne Montréal s’est donnée une renommée internationale.  Il a fait rayonner SA ville à travers le monde.  Que ce soit par l’Exposition universelle de 1967, les Jeux Olympiques d’été de 1976, Jean Drapeau a donné à Montréal une renommée qui résiste au temps.  Nous lui devons aussi le métro.
 
Par contre, l’actuel maire  tente de maintenir la réputation de Montréal, il aimerait bien faire mieux que Jean Drapeau et il aimerait surtout que la population de Montréal le considère comme ayant la capacité de faire mieux que son illustre prédécesseur.
 
L’actuel maire a peut-être la volonté mais il n’a tout simplement pas la manière.  Ce n’est pas en jouant du marteau-piqueur,  en descendant dans une bouche d’égout ou en autorisant le déversement de 8 milliards de litres d’eau usée dans le fleuve Saint-Laurent qu’il réussira son pari.  C’est vrai, la ville de Montréal fait les manchettes sur la scène internationale mais pas pour de très bonnes raisons. 
 
Il donne de bonnes images pour les nouvelles télévisées et les journaux : c’est malheureusement son petit côté exhibitionniste qui motive surtout ses interventions disent les commentateurs de la scène municipale. Ce n’est pas la première fois et sûrement pas une dernière fois. Nous pouvons prévoir quelques autres récidives. Il ne peut résister à donner un show lorsqu’il sait qu’une caméra est sur lui.  C’est dans sa personnalité, il est flamboyant, un point c’est tout. 
 
Le Belle Province de Québec est bien pourvu en maires aimant s’offrir en spectacle.  Denis Coderre pour la ville de Montréal, Régis Labeaume pour la ville de Québec.  Jean “Là-Là“ Tremblay de la ville de Saguenay complète admirablement bien ce trio de joyeux lurons. C’est l’image qui compte, le contenu sera pour une prochaine fois.
 
Le maire de Montréal souhaite le retour des Expos au baseball, le maire de Québec espère le retour des Nordiques au hockey et le maire de Saguenay doit prier pour que ces deux espoirs se réalisent.  Une finale de la Coupe Stanley entre Les Canadiens de Montréal et les Nordiques de Québec nous permettra de vivre un vaudeville.  Jean Drapeau était plus du style opéra ou orchestre symphonique, Denis Coderre est plutôt un adepte du style burlesque : autre temps, autre mœurs. 
 
Pour l’actuel maire de Montréal, il est plus facile de paraître que d’être.  Se pourrait-il que la fonction de maire de Montréal dépasse ses capacités réelles ?  Être ou paraître semble être son problème existentiel.  Il se voit plus grand que nature.
 
“The show must go on“.  (B.F. – Le 13 novembre 2015)