hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            12.11.2000 - Dans le doute,...

12.11.2000 - “Dans le doute, il faut choisir d’être fidèle”

Il faut conclure que cette règle de conduite morale, d’un grand politicien français,  n’a pas été retenue par l’ex-députée PC  de Shefford et actuelle candidate libérale dans Shefford à l’élection du 27 novembre prochain.

Comment depuis 1997 après avoir tant décrié le gouvernement Chrétien, peut-on s’y rallier et prétendre bien représenter ses concitoyennes et ses concitoyens ?

Il y a à peine deux mois, le gouvernement Chrétien était considéré, par l’ex-députée PC de Shefford et actuelle candidate libérale de Shefford, comme hostile au Québec. Les déclarations du gouvernement Chrétien le démontrent très facilement. Comment ce même gouvernement Chrétien est-il devenue spontanément la réponse obligée aux besoins du Québec ?

Comment l’ex-députée PC de Shefford et actuelle candidate libérale de Shefford peut-elle justifier ses revirements spontanés ? Peut-on parler d’arrivisme, d’avidité du pouvoir ou d’inconscience ? 

Le 10 février 2000, l’ex-députée PC de Shefford et actuelle candidate libérale de Shefford déclarait solennellement à la Chambres des Communes, à propos du projet de Loi C-20 concernant les modalités d’un éventuel référendum au Québec: “ ... après une lecture rapide du projet de loi C-20, vous serez convaincu comme moi que cette initiative pêche par improvisation et viole le respect du fédéralisme canadien, du Parlement du Canada, de l’Assemblée nationale et des compétences des provinces. 

De plus, le projet de loi est mal rédigé, ce qui lui donne l’apparence d’un programme électoral plutôt que d’un texte sérieux.  Des questions d’une grande importance sont occultées par le cabinet libéral au profit de calculs politiques et machiavéliques”.  Ce qui était inacceptable il y a quelques mois est devenu son programme politique.  En joignant l’équipe Chrétien, l’ex-députée PC de Shefford et actuelle candidate libérale de Shefford cautionne l’arrogance de l’équipe Chrétien envers tout le Québec.

Le 29 février 2000, toujours à la Chambre des Communes, l’ex-députée PC de Shefford et actuelle candidate libérale de Shefford déclarait à propos du budget présenté par le gouvernement Chrétien: “Après avoir assisté à la lecture de ce budget et en avoir pris connaissance dans les grandes lignes, j’en arrive à croire qu’il s’agit d’un budget à saveur pré-électorale, et je m’explique.  Je crois que le ministre des Finances a raté une belle occasion de présenter le budget qui aurait pu être celui de sa vie.  Il disposait de sommes d’argent suffisantes pour faire en sorte que ce budget en soit un qui puisse aider les Canadiens et les Canadiennes à refaire surface et à pouvoir respirer un peu, surtout après les années d’austérité que nous venons de passer”.  Aujourd’hui, l’ex-députée PC de Shefford et actuelle candidate libérale de Shefford applaudit le dernier mini-budget à saveur hautement électorale qui fait en sorte que le gouvernement Chrétien nous remet l’argent qu’il a puisé dans nos poches depuis 1993.

Nous pourrions à la lecture du journal des débats de la Chambre des Communes présenter d’autres prises de position solennelles de l’ex-députée PC de Shefford et actuelle candidate libérale de Shefford.  Mais à quoi bon.  Elle a choisit de joindre l’équipe Chrétien.  C’est le même Jean Chrétien qui déclarait le 12 février 1993: “Je vous le dis.  La TPS s’en va.  C’est un engagement et je vais m’attirer des problèmes si je ne le respecte pas”.  Et c’est le même Jean Chrétien qui déclarait plus tard, toujours concernant son engagement: “Je ne vous ai pas menti, c’est vous qui m’avez mal compris”.  Tant les membres de l’équipe Chrétien que l’ex-députée PC de Shefford et actuelle candidate libérale de Shefford nous prennent pour des canards de bois.

Je peux pardonner aux gens de n’être pas de mon avis, je ne leur pardonne pas de n’être pas du leur.  Dans ce sens, l’ex-députée PC de Shefford et actuelle candidate libérale de Shefford manque tragiquement de cohérence. (B.F. – La Voix de l’Est - Le 12 novembre 2000)