hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            11.09.2012 - Que nous sommes choyés !!!

Que nous sommes choyés !!!

Depuis l’élection du gouvernement de Madame Marois, il y a à peine une semaine, les Québécois sont choyés.  Des personnages illustres et moins illustres se sont engagés à veiller sur NOUS et à NOUS protéger.  Ils ont à l’œil NOTRE gouvernement que NOUS avons élu, selon les règles démocratiques en vigueur, pour qu’il ne dérange pas trop LEUR ordre établi. 

En plus des partis de l’Opposition qui ont la responsabilité de surveillance, il y a des renforts qui s’offrent à NOUS défendre.. Stephan Harper, Graham Fraser, Lucien Bouchard, Conrad Black, sans compter les chroniqueurs du Gobe and Mail, du Toronto Star, du National Post et The Gazette, pour ne nommer que ces vaillants mercenaires, veillent TOUS sur NOUS. NOUS pouvons dormir en paix et rassurés.

À cette brochette de joyeux lurons, nous pouvons ajouter quelques chroniqueurs francophones inféodés au maintien de l’orthodoxie démocratique définie par leurs maîtres et bailleurs de fonds. 

Notre PM canadien affirme que Madame Marois n’a pas un mandat pour aller de l’avant avec son projet de souveraineté, on s’en doutait. Qu’elle n’est élue que par 31% des électeurs.  En plus de ne pas lire comme l’a déjà déclaré Yann Martel ; notre PM canadien a une mémoire défaillance.  Il a oublié que  lui aussi est élu par une minorité d’électeurs (moins de 40%) et qu’il n’a pas reçu le mandat de charcuter les valeurs canadiennes. Il oublie que seulement 16,5% des électeurs québécois l’ont appuyé le 2 mai 2011.  Ce qui fait que Madame Marois est presque deux fois plus populaire que lui au Québec.

Notre commissaire aux langues officielles du Canada souligne qu’il dénoncera les éventuelles attaques du Gouvernement de Madame Marois envers les droits de la  minorité anglophone du Québec.  Nous sommes assurés que tous les dérapages, même mineurs, feront un tapage sur l’autre rive de la rivière des Outaouais ; ce qui fera grand plaisir aux  Andrew Coyne, Chris Shelley, Jonathan Kay, Don Macpherson, entre autres,  de la planisphère médiatique du “rest of Canada“. Ce pauvre commissaire verra la paille, mais pas la poutre.  Il est ligoté, il ne peut que dénoncer : chien qui aboie, ne mord pas dit le dicton.

Selon un ancien premier ministre québécois, 42,9% des québécois auraient perdu leurs repères en votant pour le NPD en mai 2011. Toujours selon cet ancien PM québécois, un référendum d’initiative populaire est une aberration et un geste irresponsable.  En faisant une telle affirmation, il relègue la population au statut de simple spectateur ou figurant de leur propre destin.  Il ne faut pas oublier, qu’il a affirmé dernièrement que les Québécois n’étaient pas très travaillant et performant. Il se dit lucide, mais très peu solidaire.

Enfin un certain Lord dont on ne sait plus s’il est encore canadien, condamné pour abus de biens sociaux et entraves à la justice, qui a fait un séjour prolongé dans un centre de détention chez nos voisins du Sud se permet d’affirmer que Madame Marois “manque cruellement d’envergure“, qu’elle “finasse“  avec son option et qu’elle est “politiquement condamnée à demeurer dans un état neuro-végétatif“.  Rappelons que ce monsieur est un admirateur invétéré de Maurice Duplessis.  C’est vous dire sa référence politique.

N’en jetez plus,  la cour en pleine.  Tout ce beau monde, et plusieurs autres, veulent notre bien, veulent que nous restions dociles, veulent que nous soyons à l’écoute de leurs élucubrations et que nous nous conformions à leur sagesse, à tout le moins douteuse.

Depuis près de quarante ans, ils ont essayé la peur, le chantage : rappelons-nous du coup de la Brink en 1976. Ils nous ont fait le coup de la perte des pensions de vieillesse et du passeport en mai 1980.   Ils ont essayé les déclarations du grand amour en octobre 1995.  Ils nous menacent des pires lendemains.  Et depuis je ne sais trop quand, ils nous traitent de racistes, xénophobes, fascistes.  Par contre, ils ne veulent pas que nous partions, que nous quittions leur beau grand pays.  Ils tiennent à nous, c’est à croire qu’ils sont masochistes qu’il ne faudrait pas s’en surprendre

Je NOUS savais pas si aimé et indispensable.  Que NOUS sommes choyés, je vous le disais. Il s’agit de lire le Gobe and Mail, le Toronto Star, le National Post et The Gazette pour s’en rendre compte. “Two solitudes“ écrivait Hugh MacLennan en 1945. (B.F. – Le 11 septembre 2012)