hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            11.04.2012 - Le troupeau continue d'ânonner

Le troupeau continue d’ânonner

Inlassablement, ils continuent leur travail de sape de la renommée canadienne sur la scène internationale; renommée  enrichie par  tous les précédents gouvernements de Lester B.  Pearsons à Jean Chrétien en passant par Brian Mulroney. Notre actuel P.M. canadian et son troupeau ânonnent leur nouveau credo : Développement et Paix, c’est out. Droits et Démocratie, c’est out. L’ACDI, c’est out. Katimavik, c’est out. L’aide au développement international, c’est out. Le Centre international de solidarité ouvrière, c’est out. Le groupe Kairos, c’est out.  En soi, toutes les organisations qui ne supportent pas et ne défendent pas les positions  du gouvernement conservateur, c’est OUT.

L’appui inconditionnel à l’État sioniste, c’est in. Les fondations qui appartiennent à des compagnies minières et pétrolières, c’est in.  Les associations caritatives de la droite religieuse, c’est in : construisons une ou deux églises et les populations dans les zones dévastées seront secourues.  The Canada Family Action Coalition, c’est in. L’appui à la Birmanie, c’est in and out, ça dépend.

Le P.M. canadian et son troupeau trafiquent l’aide humanitaire.  Ils réécrivent et adaptent à leur façon le mystère de la transfiguration du Christ sur le mont Thabor. “Faites le bien, surtout obéissez à MES commandements et vous serez sauvés“ dixit notre P.M. canadian.  C’est le “crois ou meurs“, la nouvelle directive pour obtenir un certain financement de la part de ces nouveaux croisés du 21e siècle.  Ils écoutent seulement ceux qui pensent comme eux.

Ce qui a fait que la renommée canadienne sur la scène internationale s’écrit  au passé.  Elle fait maintenant partie de la légende.

L'image du Canada dans le monde s'est dégradée dans les dernières années, selon un sondage international effectué pour la BBC World Service auprès de 20,176 personnes dans 20 pays.  Les opinions positives du Canada ont diminué le plus fortement aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en Chine. Pour le président de la firme qui a effectué cette enquête, c’est la première fois que la popularité du Canada diminue auprès de ses partenaires. Cette détérioration, entre autres, nuit aux intérêts du Canada sur le plan commercial.  C’est la réputation du Canada qui est entachée et il sera extrêmement difficile de regagner la confiance perdue.  La rebuffade servie au Canada pour l’obtention d’un siège au Conseil de sécurité des  Nations Unies  est une autre démonstration  de cette perte de crédibilité et de la piètre performance internationale du Canada.

Ajoutons à cette perte de crédibilité, le Canada s’est vu décerner pour la cinquième fois en cinq ans, le Prix Fossile pour souligner sa contribution néfaste à la lutte et aux discussions sur les changements climatiques.  Rappelons que le Prix Fossile est décerné au pays ayant le plus bloqué ou nui aux négociations sur les changements climatiques.

Cette perte de crédibilité au niveau international s’ajoute aux dérives idéologiques  décrétées par ce gouvernement sur le plan intérieur. En faire la liste n’est plus nécessaire. 

Selon l'historien Matthew Hayday de l'Université de Guelph, c’est la possibilité d'un point de rupture prochain. “Ce qu'on voit depuis quelques semaines, c'est la réalisation de l'agenda que les conservateurs veulent imposer depuis 2006. Sortis du minoritaire, ils peuvent aller où ils veulent et ils en profitent: on voit donc un gouvernement plus idéologique qui émerge et qui provoque une division plus grande et plus claire entre les visions progressiste et conservatrice de la société. Jusqu'où ça pourrait aller ? Je ne sais pas. Mais je sais que ce n'est pas sain“.

La récente sortie de Justin Trudeau n’était pas si farfelue que cela, à bien y penser. (B.F. – Le 11 avril 2012/La Voix de l'Est - Le 23 avril 2012)