hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            11.04.2010 - Le bla-bla-bla de Monsieur Harper

11.04.2010 - Le bla-bla-bla de Monsieur Harper

Vous vous souvenez, il n’y a pas si longtemps, aux temps des promesses électorales il s’était engagé qu’un gouvernement conservateur nouvelle mouture ferait en sorte d’instaurer une gouvernance propre-propre-propre.  Il n’était pas question pour lui de faire comme les gouvernements précédents et de magouiller.  Il s’était engagé à respecter un haut niveau de transparence, de rigueur et de probité. Il s’était aussi engagé à éviter toutes nominations partisanes.  Il a joué les vierges offensées face aux dérives des gouvernements Chrétien et Martin.  Lui, on ne le prendrait point à jouer dans de tels scénarios : pas de scandale des commandites, pas de nominations partisanes, pas d’appels d’offres bidon, pas de trafics d’influences que de la rigueur, nous disait-il.  Vous vous souvenez, c’était aux temps des promesses électorales.

Depuis ce temps, l’eau a coulé dans la rivière des Outaouais.  La rigueur, la transparence et la probité en ont pris un coup.  Des ministres ont été démissionnés pour incompétence ou des pratiques douteuses : Maxime Bernier, Lisa Raitt, Helena Guergis, la dernière en liste; d’autres se sont faits remarquer par la facilité à se mettre les pieds dans les plats, que l’on pense aux Gerry Ritz, Peter Mackay, Beverley Oda, Rona Ambrose.  Gordon O’Connor.  Sans parler de ceux ou celles qui n’ont qu’un rôle décoratif  ou qui remplisse une fonction ministérielle pour répondre  aux exigences  de la représentation régionale du “plusss meilleur pays au monde“.  Nous avons déjà vu moins pire.

Pour ce qui est des nominations partisanes, la liste serait trop longue  à faire, attendons une prochaine fois, ça ne devrait pas tarder  Il y a aussi les nominations douteuses : que l’on pense à celle de Droits et Démocratie : monsieur Gérard Latulippe ou à celle à la Commission de l’immigration et du statut de réfugié : monsieur Pharès Pierre.  Beaucoup de “p’tits amis“ et immanquablement, ces “p’tits amis“ originent de la mouvance néolibérale et ultra-religieuse ; tout ce qu’il y a de plus conservateur  et de traditionaliste de la société “canadian“.  Pouvions-nous nous attendre à autre chose ?  Pourtant… il avait promis transparence, rigueur et probité.  Il n’y a peut-être pas eu un scandale des commandites, sauce conservatrice, mais pour le reste, le présent gouvernement minoritaire néo-conservateur n’est pas plus brillant que les gouvernements précédents. Il les a tous dépassés.

À ces tripatouillages quotidiens, il faut ajouter les orientations idéologiques et les visions qui rendent le Canada suspect aux yeux de ses partenaires : décisions qui s’inspirent de l’ancienne administration de George W.  Au niveau international, le Canada n’a plus aucune crédibilité, il ne joue même plus les sous-fifres des États-Unis. 

Toutes ces pertes d’influence, toutes ces dégringolades, et tous ces reculs sont justifiés dans un charabia de la part de notre premier ministre “canadian“  prétextant  la sécurité, des combats contre le terrorisme,  la “loi et l’ordre“ le tout enrobé d’une idéologie de droite qui ne déplairait pas au chef du Front national en France.  Nous pouvons présumer, qu’à court terme, il valorisera la doctrine du créationnisme au détriment de la théorie de l’évolution de Darwin. Semble-t-il que certains de ses ministres en sont déjà de fervents adeptes et défenseurs.

Tous les bla-bla-bla de Monsieur Harper font en sorte que les gens n’y portent plus attention et ne s’en offusquent même plus, c’est l’indifférence absolue.  Ces bla-bla-bla à répétition sont devenus des armes de destruction massive.  C’est un danger réel et sournois.

En remplaçant quelques noms, ce scénario semble être vécu ailleurs.  Il faudrait trouver un vaccin pour que les pauvres mortels que nous sommes soient immunisés contre cette épidémie qui se propage plus rapidement que nous le pensons.  (B.F. – Le 11 avril 2010)