hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            10.08.2011 - ILS

10.08.2011 - ILS 

ILS ne comprennent rien ou ILS ne veulent rien comprendre.  ILS étant les élites politiques  et leurs suppôts du système économique mondial.  Ou si vous aimez mieux, les élites du système économique mondial et leurs suppôts de l’élite politique.  C’est du pareil au même. On les retrouve autant dans ce que nous appelons les démocraties que dans les dictatures.  L’actualité nous en donne de nombreux exemples.

Par ordre alphabétique, que vous soyez en Angleterre, en Espagne, aux États-Unis, en Grèce, en Israël, en Libye, en Somalie, en Syrie, en Tunisie, et vous pouvez ajouter à cette courte liste, les colonnes de tous les systèmes sont ébranlées ou en ruine.  On y retrouve des manifestants, des révoltés, des opprimés, des désespérés qui crient leur ras-le-bol.  Dans certains pays,  il faut y ajouter les casseurs, les petits et grands délinquants de tout acabit  qui dénaturent ces légitimes manifestations et qui donnent prétexte aux autorités en place de s’adonner à la matraque ou à d’autres moyens plus expéditifs. 

Pour certains, c’est de conquérir ou, à tout le moins, d’acquérir une certaine liberté.  Pour d’autres, c’est de conquérir ou, à tout le moins, d’acquérir une certaine dignité.  L’absence de liberté et la pauvreté représentent les causes principales des manifestations qui éclatent sur les cinq continents.  ILS pourraient méditer  une citation de Jean-Jacques Rousseau qui disait, à son époque, aux notables de Genève “qu’il ne faut pas oublier que les fruits sont à tous et que la terre n’est à personne“.

Il est apparent que dans nos systèmes démocratiques, ILS sont plus près de la pensée d’Adam Smith que de la pensée  de Jean-Jacques Rousseau avec les résultats que nous subissons à l’heure actuelle. Déficit, endettement, défaut de paiement, faillite, précarité, délocalisation, exclusion, chômage, pauvreté,  rendement et profits excessifs : ça,  ILS ont réussi à le mondialiser.

Faut-il rappeler que les trois personnes les plus riches au monde possèdent une valeur en $ supérieure au PIB (produit intérieur brut) des cinquante pays les plus pauvres de la planète ?  Trois personnes sont plus riches  que 2 milliards d’habitants de notre planète.  Faut-il rappeler que 1,2 milliard de personnes vivent avec moins de 1$ par jour ? Faut-il rappeler que 20% de population mondiale consomme 80% des ressources disponibles ?  Le Canada et le Québec étant dans le “top three“ mondial.

Faut-il rappeler qu’une étude des Nations unies révèle que 2 % de l'humanité détient 50% du patrimoine des ménages, tandis que 50% de la population mondiale en détient 1 % ?

En connaissant ces quelques données, nous pouvons conclure que les élites politiques et les suppôts du système économique mondial se soucient peu du bien-être des populations.  ILS pourront toujours déblatérer contre les marxistes, les socialistes, les altermondialistes, les  “pelleteux de nuages“, mais cette réalité nous est présentée à tous les jours.  Par contre, il faut reconnaître qu’ILS font l’aumône à l’occasion.  Combattre et éradiquer la pauvreté éliminerait une importante partie des manifestations vécues dans certains pays.  Mais ça, ce n’est pas sur leurs radars de la politique internationale.

L’autre volet, source d’affrontements et de guerres civiles,  est la conquête d’une certaine liberté dans près de 150 pays de la planète actuellement sous la domination d’une dictature réelle ou déguisée.  Tous ces pays ne sont pas encore le théâtre de manifestations, mais un quelconque printemps est à prévoir.    Là aussi la préoccupation est plus économique qu’humanitaire.  Dans ce domaine, ILS appellent cela  diplomatie. 

C’est à espérer que la Molvanie et sa capitale Lutenblag résisteront aux charmes de NOTRE civilisation dite moderne, prospère et démocratique. (B.F. – Le 10 août 2011/La Voix de l’Est – Le 12 août 2011)