hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            08.08.2015 - Steven Blaney, une simple caisse de résonnance

Steven Blaney, une simple caisse de résonnance

Ils étaient cinq ; Christian Paradis a quitté le bateau avant le déclenchement de la longue et coûteuse campagne.  Le Parti de Stephen Harper aimerait être plus nombreux au Québec, déjà à quatre députés c’est beaucoup. Il faut souhaiter que la population du Québec fera en sorte que cette mauvaise herbe n’envahira pas plus notre environnement, déjà que ce cher Stephen se contrefout du dossier de l’environnement.  Pour lui le réchauffement climatique est une fiction entretenue par les scientifiques.

Tout compte son chef et Canadian Prime minister jusqu’au 1er août dernier, le député conservateur de  Lévis-Bellechasse qui était aussi ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile du Canada, jusqu’au 1er août, a bien appris sa leçon. Ce cher Steven affirme le plus sérieusement du monde que les valeurs conservatrices sont aussi des valeurs québécoises : rien de moins.  À force de se le répéter, les valeureux croisés conservateurs finiront par se croire.  Mais cette caisse de résonnance qui a pour mission de transformer une idéologie en une certaine réalité politique satisfaisante ou acceptable ne semble pas réussir à convaincre les Québécoises et les Québécois.  Les derniers sondages démontrent assez clairement que le chant des sirènes du Parti conservateur de Stephen Harper écorche plus les oreilles de la population du Québec qu’autre chose. 

La mélodie conservatrice composée à partir de fausses notes depuis 2006 est toujours à la queue du palmarès électoral.   À moins d’un vent contraire et très violent, le Parti conservateur pourra se compter très, très chanceux de conserver les comtés qu’il a gagné en 2011. 

De toutes façons, Monsieur Harper sait très bien qu’il peut être le Canadian Prime minister sans le vote de la population du Québec.  Ce qui fait en sorte que les députés conservateurs qui réussiront à se faufiler et à se faire élire se retrouveront à la tête d’un quelconque ministère et ils pourront continuer d’agir comme  caisses de résonnance.  La question est de savoir qui seront les rescapés conservateurs le soir du 19 octobre prochain.  Qui de Maxime Bernier, Steven Blaney, Jacques Gourde, Denis Lebel réussira à être réélu.  Prière de ne pas envoyer de fleurs.  En 1993, lors du précédent naufrage conservateur, ce Parti  n’avait qu’un seul rescapé au Québec: John James Charest. (B.F. – Le 8 août 2015)