hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            06.12.2013 - De quoi se mêle-t-il ?

De quoi se mêle-t-il ?

Le Canada par l’entremise de son ministre des Affaires étrangères s’engage à accompagner l’Ukraine sur la voie de la  démocratie.  Il demande  au Président Viktor Ianoukovytch de faire ce que SON et NOTRE Premier ministre du Canada ne fait pas lui-même : respecter le choix de la population. L’un se prend pour Don Quichotte, l’autre incarne Sancho Panza. Ils parodient le roman médiéval de Cervantes, ils jouent aux justiciers modernes.  Ils sont la réincarnation de la citation : “Faites ce que nous disons, non pas ce que nous faisons“.  Pour ce qui est de la démocratie, il faut bien admettre que notre Canadian Prime minister ne devrait pas donner de leçons à qui que ce soit.  Son palmarès est bien peu reluisant.

Rappelons-nous qu’il a déjà mis le Parlement en lock-out à quelques occasions pour éviter d’être confronté à l’Opposition.  C’est aussi lui qui a renié la signature et les engagements de précédents gouvernements. C’est aussi lui qui refuse obstinément de remettre au Québec la partie du registre des armes à feu demandée UNANIMEMENT par l’Assemblée nationale du Québec.  C’est aussi lui qui  tergiverse et qui fait durer son plaisir sur la construction d’un nouveau pont à Montréal malgré les demandes répétées des élus et de la population du Québec, de Montréal, de la Rive-Sud.  C’est aussi lui qui est au centre de l’imbroglio du Sénat.  C’est aussi lui qui a fait des coupes sauvages dans les budgets de la recherche scientifique, de la culture.  C’est aussi lui qui coupe dans les budgets de la CBC et de Radio-Canada.  C’est aussi lui qui contrôle l’information que ses ministres peuvent transmettre : toutes les communications de l’État fédéral doivent passer obligatoirement par le bureau du premier ministre Harper pour approbation.  Finalement, rappelons-nous qu’un gouvernement Harper, en 2011, a été renversé par une motion de censure pour outrage au Parlement : une première au Canada.

En plus d’être la réincarnation du héros de Cervantes, il s’approprie les paroles du Christ qui disait : Je suis  la Voie, la Vérité et la Vie.  Notre Canadian Prime minister s’est donnée une mission :  remettre tous les Canadiens et surtout les Québécois dans le droit chemin, SON chemin.  Malheureusement pour lui, son idéologie n’enthousiasme pas la population du Québec.  Un ancien député conservateur du Québec a même déclaré publiquement que Stephen Harper avait “autant de charisme qu’une table à pique-nique“.

Pierre Dubuc (note 1), dans son bouquin “Le vrai visage de Stephen Harper“ décrit ce qu’est notre Canadian Prime minister : un homme de droite et un militariste.  Toutes les actions posées depuis qu’il est au pouvoir confirment l’évaluation de l’auteur.  Et toujours selon Dubuc, Stephen Harper est un homme patient. 

Par contre,  la patience des électeurs canadiens est encore mis à l’épreuve jusqu’au 15 octobre 2015 à moins que d’ici-là, quelqu’un en quelque part indique la sortie à ce Premier ministre qui ne représente que 33% des électeurs qui ont daigné exprimer leur choix.  Dans ce sens, nous sommes quelque peu responsables de notre malheur, la participation citoyenne s’amenuise d’une élection à l’autre.

Que l’on veuille étendre un modèle démocratique à des pays en manque, je veux bien.  Que l’on veuille accompagner des pays faisant leurs premiers pas dans un modèle démocratique, j’en suis. 

Par contre, il serait aussi approprié que nos politiciens s’investissent pour la promotion de la participation citoyenne dans leur propre pays avant d’aller faire les paons ailleurs.  Finiront-ils par comprendre qu’ils sont les premiers responsables de la désillusion des citoyens face à la classe politique en général.  (B.F. – Le 6 décembre 2013/La Voix de l'Est - Le 9 décembre 2013)

Note 1 : http://www.vigile.net/Qui-est-Stephen-Harper-1