hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            06.04.2015 - Auraient-ils compris ?

Auraient-ils compris ?

Alors que l’hiver s’éternise et que le soleil brille par son absence au Québec ; deux autres fantassins du Parti conservateur du Canada renonce à se représenter à la prochaine élection fédérale (notes 1).  En effet, Christian Paradis et Shelly Glover rentrent à la maison pour des raisons personnelles ou de santé.  Ces deux ministres s’ajoutent à la longue liste de députés de ce parti  ayant pris la même décision.  Ces personnes ont du flair : ils aiment mieux quitter avant de se faire indiquer la sortie par leurs électeurs.  Ils ont sûrement en mémoire la spectaculaire débâcle du gouvernement  de Kim Campbell (note 2) qui au lendemain de l’élection de 1993 ne se retrouva qu’avec deux députés.  Le Parti conservateur du Canada pouvait alors tenir son caucus des députés dans une cabine téléphonique. De 95 députés, il n’en restait plus que deux :  John James Charest, au Québec et Elsie Wayne, au Nouveau-Brunswick.  Les valeureux députés conservateurs d’aujourd’hui appréhendent-ils  un résultat semblable à l’élection d’octobre 2015.  Un tel résultat serait souhaitable pour la réputation du Canada.

En présumant une défaite du gouvernement conservateur en octobre 2015 après plus de neuf ans de règne, un prochain gouvernement libéral ou néo-démocrate aura un travail de reconstruction pour rétablir la crédibilité internationale du Canada : les dégâts sont énormes.

Le style va-t-en guerre du gouvernement Harper, son soutien inconditionnel à Israël, ses leçons de démocratie à gauche et à droite, son boycott des Nations-Unies au profit d’un comptoir de beignets, font en sorte que notre Canadian Prime minister se voit plus grand que nature.  Il fantasme sur ce qu’il est réellement.  Il est un piètre Premier ministre et un  Homme d’État des ligues mineures.  Au palmarès des premiers ministres dans l’histoire du Canada, il est le 22e premier ministre du Canada.  Le mieux qu’il puisse espérer, c’est de se retrouver en 22e  position du classement pour la crédibilité.

Il se vante régulièrement des bonnes performances du Canada sur le plan économique, mais il oublie d’ajouter que  Jean Chrétien et Paul Martin sont passés avant lui.  Il s’approprie des résultats provoqués par des décisions prises par les précédents gouvernements. 

Stephen Harper est dans la catégorie “cause toujours mon lapin“ : il grogne mais il ne mord pas.  En plus d’être peu subtil en politique internationale, il joue le rôle du caniche de Washington.

Sa causette préférée depuis un certain temps prend sa source dans les mesures de sécurité contre le terrorisme.  C’est une évidence que son style va-t-en guerre fait en sorte que les groupes  favorisant le terrorisme place le Canada dans les pays qui seront éventuellement pris pour cible.  Notre Canadian Prime minister cultive adroitement l’insécurité populaire. Après les attentats d’Ottawa et de Saint-Jean-sur-le-Richelieu, il est encore plus facile pour notre ineffable premier ministre de jouer le Bonhomme 7 heures.  Plusieurs députés et ministres conservateurs ont annoncé qu’ils ne se représenteront pas à la prochaine élection fédérale ; il auraient compris.  Mais le chef semble vouloir hélas participer à la prochaine campagne.  Qui plus est, les derniers sondages n’éliminent pas la possibilité qu’il soit reporté au pouvoir et qu’il poursuive son œuvre de déconstruction tout en poursuivant inlassablement sa mission d’évangélisation de la population.  En plus de se prendre pour un politicien d’envergure, il  se prétend être une certaine réincarnation de la Voix, de la Vérité et de la Vie ; rien de moins.  C’est SA voix, SA vérité, SA vie, t out comme le Canada est devenue SON Canada et le gouvernement SON Gouvernement.

Notre Canadian Prime minister est vraiment la réincarnation même de la maxime égoïste attribuée à Louis XIV : après moi le déluge.

Dans la même veine des possibles horreurs politiques, c’est à souhaiter que John James Charest n’envisage pas un retour en politique active comme souhaite le faire Nicolas Sarkozy en France.  La chance que nous avons, c’est que George W. Bush ne peut se le permettre. Les vieilles pantoufles sont usées et trouées. Vivement PKP à Québec, Hillary Clinton aux USA et Manuel  Valls en France.  Par contre, nos amis italiens, ont encore un penchant certain pour leur bon vieux Silvio Berlusconi tout comme la population israélienne fantasme toujours sur Benjamin Netanyahu. C’est à ni rien comprendre. 

Une mini-série télévisée prétendait, il y a quelques années, que Les oiseaux se cachent pour mourir.  Mais nous devons conclure que cette mini-série n’était qu’une fiction.  Nos faucons politiques sont toujours bien en vie : à chacun ses prédateurs de la scène politique. Aucun pays n’y échappe pour notre plus grand malheur. Ils pourraient faire, entre autres,  comme  Christian Paradis et Shelly Glover et se retirer pour le bien de l’humanité.  Mais  il ne faut pas trop l’espérer.  L’humilité et l’abnégation ne sont  pas les qualités premières que nous retrouvons en politique. (B.F. – Le 6 avril 2015)

Notes 1 :

http://quebec.huffingtonpost.ca/2015/04/03/le-ministre-christian-paradis-ne-sollicitera-pas-un-nouveau-mandat_n_7001144.html?utm_hp_ref=canada-quebec

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-canadienne/201504/03/01-4858116-deux-ministres-conservateurs-ne-se-presenteront-pas-aux-prochaines-elections.php

Note 2 :  http://fr.wikipedia.org/wiki/Kim_Campbell