hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            05.03.2013 - On appelle ça APARTHEID ou SÉGRÉGATION

On appelle ça APARTHEID ou SÉGRÉGATION

C’est vrai, j’avais oublié.  Il est interdit de critiquer l’État d’Israël ; c’est écrit dans la Bible, dans leur Bible. Dans ce sens, je vais être catalogué d’antisémite.

La dernière décision du gouvernement de Bibi Netanyahou d’établir des circuits d’autobus strictement réservés aux Palestiniens est une trouvaille qui s’inscrit tout droit dans la triste mouvance de l’apartheid qui a sévi en Afrique du Sud et qui a une teinte se rapprochant de la ségrégation raciale chez nos voisins du Sud.   Après l’érection d’un mur séparant Palestiniens et Juifs israéliens, après l’envahissement et l’occupation des territoires palestiniens, après la construction de colonies dans les territoires occupés Palestiniens, après des centaines de résolutions condamnant certaines actions de l’État Hébreu, faut-il se surprendre de cette nouvelle aberration?

Il y a près de 66 ans, l’Assemblée générale des Nations unies adoptait la résolution 181prévoyant le partage de la Palestine en un État juif et un État arabe.  C’était le 29 novembre 1947.  Le lendemain, la guerre éclatait entre les juifs et les arabes ; affrontements qui durent depuis ce temps.  L’État d’Israël a vu le jour le 14 mai 1948 et nous sommes toujours en attente de la création de l’État de la Palestine. 

Cette guerre permanente est la source de tous les conflits qui enflamment cette région.  On ne compte plus les conférences, les cessez-le-feu, les trêves, les arbitrages devant mettre un terme à cette confrontation.  Anouar el-Sadate, président de l’Égypte et Menahem Begin, Premier ministre d’Israël ont même gagné le prix Nobel de la paix suite aux accords de Camp David en 1978.  Mais le chemin de la paix ne fut jamais achevé et les affrontements reprirent de plus belle.

En verrons-nous la fin? Pour vous et moi, c’est NON.  Peut-être les arrière petits-enfants de nos arrière petits-enfants verront-ils une conclusion à ce conflit qui aura duré des siècles et des siècles. Pour certains historiens, il aura duré quelques millénaires

Lorsqu’on appuie des revendications sur les écrits bibliques, il n’est pas surprenant qu’il y aie quelques interprétations difficiles à harmoniser.  Lorsque deux extrémismes s’affrontent, la conciliation frise l’impossibilité. La surdité des uns égale la surdité des autres et les monologues continuent.

Dans ce conflit interminable, verrons-nous émerger un nouveau Sadate et un nouveau Begin?  On peut toujours rêver…  Mais d’ici-là, les roquettes des uns et les tirs ciblés des autres feront les manchettes des médias.  D’ici-là, les envahissements des uns signifieront l’insécurité des autres. 

Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté disait le Christ.  Sans être un fin connaisseur en matière de spiritualité, ces paroles auraient pu être prononcées par Mahomet, Yahvé ou le Dalaï Lama.  Mais Bibi Netanyahou et sa gang d’orthodoxes ainsi que Mahmoud Abbas et sa gang d’extrémistes ne semblent pas avoir les mêmes références historiques : ces va-t-en guerre aiment mieux foutre le bordel autour d’eux. 

Le Canada, historiquement neutre dans ce conflit, a vu dans les dernières années, son Premier  ministre donner un appui inconditionnel et sans réserve à l’État Hébreu.  Il ne faut pas s’attendre, aujourd’hui, qu’il condamne la dernière trouvaille israélienne.  Dans ce sens, il est très loin des actions de l’un de ses prédécesseurs. Brian Mulroney  fut de tous les combats pour l’abolition de l’apartheid en Afrique du Sud.

Brian Mulroney était un PROGRESSISTE-conservateur.  Stephen Harper est tout simplement un conservateur, tendance “néoconservateur“ : la nuance est là. La démonstration, encore une fois, est faite que sur le plan international  son GBS (note 1) et son GPS (note2) sont détraqués.  Vivement des élections, malheureusement elles n’auront lieu  qu’en octobre 2015. Pauvres de nous, disait Calimero.  (B.F. – Le 5 mars 2013/La Voix de l'Est - Le 8 mars 2013)

Note 1 : GBS :  Gros bon sens

Note 2 : GPS :  Global Positioning System – que l'on peut traduire par “système de localisation mondial“ ou, plus proche du sigle d'origine, “Guidage Par Satellite)