hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            04.05.2013 - Notre rééducation politique et historique

Notre rééducation politique et historique

Plusieurs commentateurs de la scène politique fédérale nous le disent et plus humblement les simples citoyens le constatent régulièrement, le gouvernement conservateur de Stephen Harper s’est donné une mission  divine :  faire la rééducation politique de la population canadienne, et plus spécialement des Québécois, et rétablir ainsi un ordre moral s’inspirant des valeurs d’une droite religieuse du temps jadis, rien de moins.  Pour notre Canadian Prime minister, le Canada serait devenu un nouveau Sodome et Gomorrhe, un lieu de perdition.  Pour ce gouvernement conservateur, il faut combattre ces valeurs profanes qui dénaturent l’âme des simples citoyens.

Depuis que ce gouvernement conservateur sévit, le Canada retourne en arrière. Depuis que Stephen Harper s’est autoproclamé notre Guide suprême, il s’est mis à la tâche et d’une façon inlassable, il travaille à notre évangélisation.  Il joue le missionnaire du 16e siècle.

Sa dernière trouvaille est de réécrire notre histoire.  Cette dernière ne reflète pas SON idéologie.  La sienne est la bonne, la vraie et il veut nous l’imposer.  Il  prend la relève de Lord Durham (note 1), ce noble lord qui voulait assimiler les Canadiens français au temps de la Conquête.

C’est une évidence qu’il y a au Canada deux histoires : celle des vainqueurs et celle des vaincus.  Tout comme dans notre tendre jeunesse, on nous a convaincu que la France était venue évangéliser les “méchants Sauvages“. Tout comme en 2008, lors du 400e anniversaire de la fondation de Québec, ce même Monsieur Harper a tenté de nous convaincre que Samuel de Champlain était le père fondateur de SON Canada.  Maintenant, il veut glorifier notre passé militaire et grandir le rôle des pères de la Confédération canadienne tout en refusant de divulguer les tractations derrière le rapatriement de 1982. 

Après François-Xavier Garneau (note 2), les Frères des Écoles chrétiennes, Michel Brunet, Guy Frégault, Marcel Trudel et Jacques Lacoursière (note 3),  nous aurions droit à l’histoire selon Stephen Harper.  Enfin,  nous allons connaître notre vraie histoire : nous allons savoir que Don Cherry est un grand patriote, que John A. MacDonald voulait le bien du Bas Canada, que René Lévesque était un politicien véreux, que Pierre Elliot-Trudeau était un gauchiste, un fan de Castro et de Mao, un courailleux de jupons tout comme son fils n’est qu’un prénom sans expérience.  Enfin, nous allons savoir toute la vérité ; que nous sommes bénis des dieux. 

Après avoir écrit SON histoire, après nous avoir déjà transmis son évangile et ses béatitudes, il ne lui restera plus qu’à réécrire les aventures de Tintin en se mettant lui-même dans la peau du  héros d’Hergé.  Tintin en Amérique deviendra Harper en Alberta ; Tintin au pays des Soviets deviendra Harper au Pays de Bibi ; Tintin et les cigares du pharaon deviendra Harper et les cigares du fanfaron.

Selon les dires de notre Canadian Prime minister, il s’agit de mettre en valeur l’histoire du Canada.  Au Québec, nous avons mis plusieurs décennies à nous réapproprier notre histoire et les écrits de Jacques Lacoursière ont contribué à notre exercice de mémoire.  Un certain rapprochement avec les Premières Nations nous aura éclairé sur notre hier : des crises, comme Oka (note 4),  et des ententes, comme la Paix des Braves (note 5),   font en sorte que nous comprenons un peu mieux notre passé.  L’objectif que nous devons avoir n’est pas de réécrire notre histoire mais plutôt de la propager, de nous l’approprier, de la raconter et surtout de l’enseigner.

Comme tous les pays, nous avons eu des échecs retentissants et de glorieuses réussites.  Comme tous les pays, nous avons eu nos héros et nos mécréants. Comme tous les pays, nous avons eu nos mensonges et de grandes déclarations solennelles.

Le Québec a été français durant 226 ans ; il a été américain durant quelques mois,  il a été conquis par l’Angleterre, il y a 253 ans. Que seront le Canada et le Québec de demain ? Le cheminement est en devenir. Par contre ce qui est évident, le Canada et le Québec sont deux solitudes comme l’a écrit Hugh MacLennan (note 6) dans son roman en 1945 où il décrit les relations conflictuelles entre anglophones et francophones du Québec, “Two Solitudes“ est passé dans la langue courante au Canada anglais pour décrire les tensions qui subsistent encore aujourd'hui entre les deux principales communautés qui composent  le Canada (note 7).

Le dilemme est encore et toujours là, l’alternative est de répondre aux aspirations du Québec, à commencer par répondre à la demande unanime de l’Assemblée Nationale concernant les nébuleuses tractations du Rapatriement de 1982.  Ça fait partie de  notre histoire.

Mais Monsieur Harper feint l’ignorance intentionnelle ; c’est la première manipulation qui est apprise lorsque les étudiants suivent leur cours en éducation spécialisée et dans ce sens, notre Canadian Prime Minister a bien intégré cette compétence qu’est la manipulation (note 8).  (B.F. – Le 4 mai 2013)

Note 1 : http://fr.wikipedia.org/wiki/John_George_Lambton

Note 2 : http://fr.wikipedia.org/wiki/François-Xavier_Garneau

Note 3 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Lacoursière

Note 4 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_d'Oka

Note 5 : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/nouvelles/200202/07/003-cris-entente-rb.asp

Note 6 : http://www.thecanadianencyclopedia.com/articles/fr/hugh-maclennan

Note 7 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Hugh_MacLennan

Note 8 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Manipulation_mentale