hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            04.03.2014 - Les vampires, ça existent toujours

Les vampires, ça existent toujours

Bram Stoker a mis Dracula au monde en 1897 (note 1).  Adam Smith  a défini les bases du capitalisme autour de 1776 (note 2). C’est quoi la relation entre les deux, vous vous demandez ?  Voilà, le premier nous a pésenté ce qu’était un vampire: un être maléfique qui se nourrissait du sang des autres.  Le deuxième a expliqué comment devenir riche en exploitant la sueur des autres.  Les deux sont des rejetons de la révolution industrielle qui naissait à l’époque de la bonne vieille Reine Victoria qui règna sur l’empire britannique durant 64 ans (note 3).  Cette bonne vieille Victoria n’a que très peu à faire dans ce scénario.

Ce joyeux trio n’a pas seulement marqué notre imaginaire; Bram, Adam et Victoria ont  laissé un héritage que nous traînons encore aujourd’hui.  La bonne vieille reine a laissé son nom à nombre d’emplacements.  À Granby, un de nos plus joli parc porte son nom, l’a-t-elle su ? Nous pouvons nous demander POURQUOI ?  C’est sûrement pour souligner notre conquête par les armes et notre attachement séculaire à la royauté: noublions pas que l’Église catholique du temps n’a jamais été une chaude partisane de la Révolution française. Contrairement à nos cousins français, les Québécois du temps l’aimaient leur roi.

Donc, une successeure de Victoria est toujours notre cheffe d’État.  Le Canada est l’un des rares pays qui se dit indépendant à avoir la souveraine d’un autre pays comme cheffe d’État et ce n’est pas notre Canadian Prime minister qui mettra fin à cette abération: ses chromosomes sont britanniques; il l’aiment bien SA souveraine. Ils l’exposent dans les bureaux de son gouvernement à la grandeur de la planète:  God save HIS queen.  Quoique la Reine Élisabeth, toute  gentille qu’elle soit, doit se demander ce qu’elle fout sur nos billets de banque et dans notre passeport. Conséquences de la conquête de 1760: c’est notre deuxième mère patrie.  En tant que citoyen du Canada et du Québec, nous sommes toujours citoyen britannique. La royauté demeure une anomalie de l’histoire canadienne. Nous avons toujours, entre autres, la Gendarmerie Royale du Canada, la Marine royale du Canada, l’Aviation royale canadienne.  À l’exception de Stephen Harper et des Orangistes,  peu de Québécois en font maintenant un plat: ça fait partie du folklore.  La dernière manifestation contre la royauté remonte au 10 octobre 1964 et ça nous a donné le samedi de la matraque (note 4).  Depuis ce temps, rien pour écrire à sa mère, même la visite de Kate et William le 1er juillet 2011 a eu un caractère bon enfant.  Pour les relents de la royauté, ça ne fait plus les manchettes ou si peu.

Il en va autrement pour l’héritage d’Adam Smith, les ravages sont plus considérables et permanents.  Les personnes qui ont regardé l’émission Tout le monde en parle du dimanche 2 mars 2014 ont pu voir et surtout entendre un ardent défenseur du capitalisme sauvage, un énergumème, un exalté de la race des dinosaures, une tête à claques, pourrions-nous dire.  Pour Kevin O’Leary, millionnaire canadien (note 5): les inégalités qui existent entre les personnes les plus riches et les plus pauvres de la planète sont quelque chose de fantastique".  Ce n’est qu’une de ses déclarations fracassantes. Ne lui parlez pas de redistribution de la richesse. “Ça n'arrivera jamais (…) Mais si vous travaillez dur, vous pourrez un jour être extrêmement riche".

Durant de nombreuses minutes, ce joyeux sbire nous a vanté les mérites de la théorie d’Adam Smith en s’inspirant du roman de Bram Stoker.  Et le plus sérieusement du monde, il se croie : c’est l’omnipotence incarnée.  Après Dieu le Père, c’est lui, ou peut-être l’inverse.

Il représente une idéologie grandement populaire et répandue.  C’est le Don Cherry (note 6) de l’économie. Qui plus est, ce triste personnage sévit sur les chaînes CBC au Canada et sur ABC aux États-Unis.  En parodiant Bram Stoker, ce lugubre individu est un vampire des temps modernes, mais le Sang du roman s’écrit $ang pour lui. Stoker a écrit un roman, Kevin O’Leary nous l’applique dans la vie de tous les jours. Le temps des bouffons ne dure qu’un temps.

À écouter ses déclarations tonitruantes, nous ne pouvons que nous inspirer des étudiants de la Sorbonne qui disaient le 30 septembre 1968 : "Ce n'est qu'un début continuons le combat" (note 7).  Je l’ai déjà écrit (note 8), il reste des dinosaures dans notre environnement. (B.F. – Le 4 mars 2014)

Note 1 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bram_Stoker

Note 2 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Adam_Smith

Note 3 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Victoria_du_Royaume-Uni

Note 4 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Samedi_de_la_matraque

Note 5 : http://www.gentside.com/argent/pour-le-millionnaire-kevin-o-039-leary-le-fait-qu-039-il-existe-des-pauvres-est-039-039-fantastique-039-039_art58494.html

Note 6 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Don_Cherry_(hockey_sur_glace)

Note 7 : http://www.ina.fr/video/CAF97066771

Note 8 : http://hda-quebec.com/26-11-2013---À-chacun-son-Parc-Jurassique.php