hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            04.01.2013 - À notre canadian prime minister

À notre canadian prime minister

2013 sera comme 2012, impossible de s’en échapper. À peine quatre jours se sont écoulés depuis le début de la nouvelle année que notre ineffable premier ministre canadien est en pole position comme le dit si bien Christian Tortora.  Notre PM canadien nous fait penser à Assurancetourix, mais en beaucoup moins drôle.  Il chante faux comme le célèbre personnage de la bande dessinée. Il voudrait jouer un rôle important, mais inlassablement, il se met les pieds dans la bouche.  Et c’est encore SON beau grand pays qui fait rire de lui.  Business as usual, pouvons-nous dire. Contrairement au bon vin, il ne s’améliore pas en vieillissant, il demeure dans la catégorie de la piquette.

Son gouvernement “va-t-en guerre“ prévoit aller guerroyer au Mali.  C’est le  même gouvernement, il n’y a pas si longtemps, qui a  coupé les budgets pour venir en aide aux femmes africaines et qui réduit les budgets des organisations venant en aide aux pays en voie de développement. Il veut rétablir SA paix dans ce pays dévasté par la guérilla.  C’est à croire qu’il se prend pour G.I.Joe ou Rambo.  Et n’étant pas à une contradiction près, toujours le même gouvernement “va-t-en guerre“ a modifié la loi pour que les fabricants canadiens d'armes d’assaut interdites au pays puissent les exporter en Colombie, l'un des pays les plus violents de la planète, pays qui est régulièrement critiqué pour ses violations des droits de la personne et pointé du doigt comme étant un des principaux producteurs de cocaïne dans le monde. Mais que cela ne tienne.  Ajoutons à ces tous derniers dérapages que notre canadian prime minister était bien peiné face à la tuerie du Connecticut perpétrée avec une arme d’assaut et des chargeurs de grande capacité.  Que cela ne tienne.  Il est toujours le chef du gouvernement du Canada.

Il guerroie à travers le monde et durant ce temps, il n’a pas le temps et ne le prend surtout pas pour rencontrer la chef de la réserve ontarienne d'Attawapiskat, Theresa Spence, qui poursuit sa grève de la faim.  Mais ce même canadian prime minister  ne se gêne pas en demandant aux tunisiens, aux égyptiens, aux syriens, aux afghans, entre autres, de se parler pour résoudre leurs conflits.  Mais pour lui, il n’est pas question qu’il dialogue avec les représentants des Premières Nations concernant son projet de  loi C-45, projet mammouth qui modifie la loi sur les Indiens et la loi sur la protection des eaux navigables qui n’est pas seulement décriée par les autochtones, mais aussi par toutes les personnes et les organisations qui s’intéressent à la protection de l’environnement.

Il ne faut pas se surprendre de son entêtement.  Il a presque toujours marché à côté de ses souliers, ignorant les valeurs de la plupart des canadians et des québécois. Il est et a été pro-Bush. Il méprise l’ONU.  Il a appuyé la guerre en Irak. Il a appuyé le programme de missiles balistiques de son ami George W.  Il souhaite une intégration continentale de l’économie et des ressources énergétiques.  Il vendrait notre eau qu’il ne faudrait pas être surpris.  N’a-t-il pas autorisé dernièrement la vente d’une compagnie pétrolière aux chinois?

Affirmer que les brillantes idées de Stephen Harper sont en contradiction avec à peu près toutes les priorités des Canadiens est un euphémisme. Il est la Voix, la Vérité, la Vie.  Il applique à la lettre ce que son bon ami George W. a déjà dit : “Si vous n’êtes pas avec moi, vous êtes contre moi“.  Au diable le dialogue, je monologue se dit notre canadian prime minister.  (B.F. – Le 4 janvier 2013)