hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            03.04.2015 - Ils disent n'importe quoi ces pee-wee

Ils disent n’importe quoi ces pee-wee

Après la déclaration du nouveau ministre de l’éducation (note 1) concernant l’expulsion des étudiants des CEGEP et des universités, voilà que des collègues de ce brillant représentant du gouvernement ne voulaient pas se laisser dépasser.

Le premier à vouloir se faire voir et surtout se faire entendre est le rigolo Président du Conseil du Trésor qui déclare (note 2) : l'allié des étudiants, c'est le gouvernement, pas les syndicats.  Tout comme le loup était l’allié du Petit chaperon rouge.

Ne voulant pas rester  sur le banc, son chef et Premier ministre du Québec veut aussi faire la manchette en déclarant (note 3) que les jeunes devraient se méfier des syndicats…. contrairement au gouvernement, ceux-ci (NDLR : les syndicats) ne travaillent pas dans leur intérêt.  Pour ces charlatans déguisés en politiciens, le loup  est maintenant le gardien du poulailler. 

C’est une évidence qu’il faut rétablir les finances de l’État québécois, mais comme le disait récemment Michelle Courchesne, ancienne ministre libérale, ce n’est pas par la confrontation que ce gouvernement atteindra ses objectifs.  Selon elle, il faut revoir la façon de faire.  Laisser la maison en ordre est un objectif honorable.  Mais les Couillard, Barrette, Coiteux, Blais et compagnie jouent plutôt les pyromanes amateurs.  Ils seraient mieux de se la fermer et de revoir leur stratégie incendiaire.

Le monde de la santé et des services sociaux est en crise. Les médecins sont en colère. Le monde de l’éducation est en crise. Les régions sont en colère.   Très bientôt, la fonction publique sera en crise.  Ça fait pas mal de monde en crise pour un gouvernement incapable de présenter une vision de notre avenir.   Les étudiants semblent vouloir un repli stratégique et reporter leurs actions à l’automne ;  le gouvernement pourrait les imiter pour nous éviter  une déconstruction du modèle québécois qui est né à la Révolution Tranquille et développé par un gouvernement libéral, celui de Jean Lesage.

Mais l’actuel premier ministre n’étant pas un Jean Lesage et son équipe n’est pas l’équipe sur laquelle Jean Lesage pouvait s’appuyer, nous devons reconnaître que le gouvernement actuel c’est le n’importe quoi, n’importe comment, n’importe qui.

Nous pouvons  rappeler à notre souvenir que Jean Lesage pouvait s’appuyer, entre autres, sur René Lévesque, Paul-Guérin-Lajoie, Georges-Émile Lapalme à cette équipe s’ajouta plus tard les Pierre Laporte, Éric Kierans, Claude Wagner, Claude Castonguay  C’est à cette équipe que nous devons le Québec d’aujourd’hui, le Québec que le gouvernement Couillard s’amuse à démanteler.

Le ministère de l’Éducation créé par Paul Guérin-Lajoie et le réseau de la santé et des services sociaux créé par Claude Castonguay ne sont plus que des coquilles vidées de leurs contenus par les Barrette et Blais qui sont des fossoyeurs. Paul Guérin-Lajoie et Claude Castonguay qui sont toujours de ce monde doivent friser la crise d’apoplexie à voir agir leurs successeurs.  Jean Lesage qui repose dans un cimetière de Québec doit se retourner dans sa tombe face aux inepties de l’actuel gouvernement.  Leur héritage fout le camp.  Les prochaines générations n’auront qu’à consulter les livres d’histoire pour s’instruire de ce qu’était le Québec de la Révolution tranquille.  Ces mêmes générations vivront ce que leurs grands-parents ont vécu : la grande noirceur. 

Gilbert Lavoie dans une chronique publiée le 26 mai 2009 écrivait dans le quotidien le Soleil de Québec (note 4): Il faut toutes sortes de monde pour faire un monde. Mais s'il est une chose que les dernières semaines nous ont apprise, c'est qu'il faut de l'expertise pour analyser les faits en politique et dénouer les situations problématiques. Ce qui était vrai en mai 2009 est toujours d’actualité en avril 2015 et cette capacité d’analyser les faits et les situations  n’existe tout simplement pas dans l’actuel gouvernement.  Cette capacité d’analyse fait place à une improvisation à la va-comme-je-te-pousse ou à la va vite.  C’est du n’importe comment.

Si les Jean Lesage, René Lévesque, Robert Bourassa peuvent être considérés comme les bâtisseurs d’un Québec moderne, les membres de l’actuel gouvernement seront considérés comme les démolisseurs du Québec. Comme dans tous les films, il y a les bons et il y a les méchants.  À chacun sa notoriété.  La population du Québec s’est donnée une équipe de pee-wee pour les gouverner. Meilleure chance en 2018.  (B.F. – Le 3 avril 2015)

 Note 1 :http://www.journaldequebec.com/2015/04/01/francois-blais-suggere-dexpulser-deux-ou-trois-etudiants-par-jour-pour-refroidir-leurs-ardeurs-dans-les-greves

Note 2 http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2015/04/02/003-manif-etudiants-syndicats-gouvernement-coiteux.shtml

Note 3 : http://www.lapresse.ca/actualites/education/201504/02/01-4857779-les-jeunes-devraient-se-mefier-des-syndicats-dit-quebec.php

Note 4 http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/chroniqueurs/200905/25/01-859775-les-grands-batisseurs.php