hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            02.09.2015 - Le Québec n'est pas à vendre

Le Québec n’est pas à vendre

La Société des alcools du Québec (SAQ) doit vivre une la concurrence, le Ministère du Revenu du Québec n’a plus sa raison d‘être : la perception des impôts québécois pourrait être faite par Ottawa.  Ce  sont quelques éléments dont le Gouvernement du Québec pourrait bénéficier en passant ces responsabilités à d’autres.  Il  y a  des économies et de l’argent à faire.  Tout comme vendre une partie d’Hydro-Québec à l’entreprise privée.  En soi, le modèle québécois planifié par Jean Lesage, le Père de la Révolution Tranquille, est mis aux enchères.  Au Québec, en plus “d’austériser“, on libéralise.

Toutes ces trouvailles farfelues sont les fantasmes de madame Lucienne Robillard qui a dirigé La Commission de révision permanente des programmes (note 1).  Le point de vue de cette dame semble rejoindre celui de Philippe Couillard, premier ministre du Québec.  Avec de tels zigotos, nous ne sommes pas sortis de l’auberge.  Les prochains mois risquent de nous faire vivre une turbulence inédite : en avant les casseroles. 

Ce bon docteur Couillars se prend pour l’Alexandre Taschereau des temps modernes,  où les “p’titz amis“ du pouvoir s’en donnaient à cœur joie au détriment des finances du Québec.  Nous en serions revenus à l’époque des culottes à Vautrin (note 2).  Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre disait Winston Churchill.  Regarder le passé, et changer le futur, tout peut-être mieux, tout dois être mieux, et tout sera mieux, si on ne fais pas les mêmes erreurs. Les Robillard, Couillard et leurs joyeux zigotos n’en n’ont que faire de la théorie. 

Le gouvernement libéral de Jean Lesage nous a fait vivre la Révolution tranquille.  Le gouvernement libéral de Philippe Couillard nous fera vivre le Déclin tranquille.  Il est né quelques années trop tôt, ses parents ne l’on pas mis au courant de notre histoire.

Pourtant son père était libéral alors que sa mère aurait eu des sympathies souverainistes au temps du Rassemblement pour l'indépendance nationale. Ce cher docteur affirme avoir hérité de beaucoup de passions, de recherches intellectuelles, de curiosité et de connaissances de la part de ses parents.  Mais il ne s’est pas, semble-t-il, intéressé à l’histoire de son parti et à l’histoire du Québec. On ne peut être un brillant neuro-chirurgien et en même temps un brillant politicien. Pour lui, Jean Lesage doit être un méchant séparatisme tout comme René Lévesque et Robert Bourassa, un ancien joueur des Nordiques (note 3). 

Cher docteur est la preuve vivante que l’on ne peut être bon dans tout et être nul à d’autres moments. Il aurait dû s’exiler en Arabie Saoudite où il est très apprécié selon la rumeur.  Le Québec n’est pas à un médecin près, ni en manque de clowns maléfiques (note 4) :  nous avons déjà Stephen Harper sur l’autre rive de la rivière des Outaouais.

Pour éviter cette vente de feu, la solution est de montrer la sortie à Philippe Couillard.  Vivement PKP à Québec.  Pour nous défaire du clown maléfique d’Ottawa, les Canadiens et les Québécois pourront le faire un certain jour d’octobre prochain. (B.F. – Le 2 septembre 2015)

Note 1 : http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/2015/08/31/001-commission-robillard-revision-programmes-saq-monopole-revenu-quebec.shtml

Note 2 : http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/points-de-vue/201404/01/01-4753480-est-on-revenu-au-temps-des-culottes-a-vautrin.php

Note 3 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nordiques_de_Québec

Note 4 : https://fr.pinterest.com/pin/564709240750336896/

              Les bons docteur Barrette, Couillard, Bolduc