hda-québec.com
Analyse sociale et politique
   Accueil            02.04.2015 - De la Révolution au Déclin Tranquille du Québec

De la Révolution au Déclin Tranquille du Québec

C’est un gouvernement libéral, celui de Jean Lesage, qui a fait naître la Révolution Tranquille (note 2) au Québec.  Après le règne  de la Grande Noirceur imposé par les gouvernements de Maurice Duplessis (note 3), Jean Lesage a ouvert les portes de la modernité et les  gouvernements libéraux du Québec de Jean Lesage (1960-1966), de Robert Bourassa (1970-1976), le gouvernement de l’Union Nationale de Daniel Johnson, père (1966-1968), les gouvernements de René Lévesque (1976-1985) marquèrent à tout jamais le devenir du Québec.  Ces premiers ministres transformèrent le Québec dans les secteurs de l’Éducation, de la Santé,  des Ressources naturelles (Nationalisation d’Hydro-Québec), des  finances publiques (Création de la Caisse de Dépôt, de la Régie des rentes), des Relations internationales (Réseau des Maisons du Québec) et la mise en place d’une fonction publique digne de ce nom.  Durant ces périodes, le Québec s’ouvrait sur le monde avec l’Exposition universelle de 1967 et des Jeux Olympiques d’été de 1976.  Ce fut la naissance du modèle québécois que les commentateurs ont appelé la Révolution Tranquille.

Le modèle québécois a tenu le coup durant cette période de cinquante-cinq ans (1960-2015).  Depuis quelques mois, un autre gouvernement libéral, celui de Philippe Couillard, a décidé que cette marche vers la modernité avait fait son temps.

Ce premier ministre libéral a décidé de mettre les freins et de jouer de la tronçonneuse coupant à gauche et à droite dans le modèle.  Son prédécesseur, Jean Charest, aussi un premier ministre libéral avait jugé qu’il fallait revoir ce modèle : il appelait ça : procéder à la réingénierie de l’État.  Ce vocable  était synonyme de Déclin du Québec ; mais il n’a pas eu l’occasion de s’attaquer à son œuvre de déconstruction. Les électeurs lui ont indiqué la porte de sortie ; mais ce n’était qu’un intermède.

Depuis le 7 avril 2014 et plus officiellement depuis le 23 avril 2014, l’actuel titulaire, ne se gêne pas pour nous faire vivre ce que John James n’a pas eu le temps de faire.  Il est en poste depuis un an, mais il est au pouvoir jusqu’en 2018.  Avec son équipe de joyeux apprentis sorciers, c’est le retour à une autre période de grande noirceur, il transforme la Révolution Tranquille de Jean Lesage en un Déclin Tranquille. Pour Philippe Couillard, la Révolution Tranquille, c’est terminé.

Pour lui, nous entrons dans une période où le changement social frappe de plein fouet l’ensemble de la population.  Mais son changement social n’est pas un pas en avant comme le proposait Jean Lesage en 1960.  C’est plutôt l’expression vulgarisée par nos chauffeurs d’autobus et de tramway du temps jadis qui criaient joyeusement à leurs passagers : avancer en arrière.  Tous y passent : étudiants, assistés sociaux, garderies, médecins, fonctionnaires, p’tits vieux.  Tous les programmes, tous les services, les régimes de retraite, toutes les institutions sont dans le collimateur de ce bon docteur qui confond scalpel et tronçonneuse.

Pourtant comme médecin, il devrait savoir que la lobotomie est désormais interdite dans de nombreux pays et n'est plus considérée comme une bonne pratique dans la médecine actuelle.  Que cela ne tienne, ce bon docteur n’en fait qu’à sa tête.  Étant nostalgique du temps passé, il invente toutes les façons possibles de ramener les Québécois à vivre une nouvelle période de grande noirceur.

Tout ce que nous pouvons espérer, c’est que son règne ne dépassera pas quatre ans : 2014-2018, c’est bien assez long et qu’il n’aura pas l’idée brillante de le prolonger d’un an comme la loi électorale le permet : enough is enough dit-on en latin.  Lui qui  avait durant la campagne électorale le culot de nous affirmer très, très sérieusement qu’il s’occuperait des vraies affaires et ensemble qu’il nous disait, une autre fausse représentation.

Comme le dit une certaine citation : les promesses électorales sont pareilles aux vagues de la mer : elles meurent aussi vite qu’elles naissent.  (B.F. – Le 2 avril 2015)

Note 1 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Lesage

Note 2 :  http://fr.wikipedia.org/wiki/Révolution_tranquille

Note 3 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Grande_Noirceur